Acacia tome 2 : terres étrangères, numéro d’équilibriste littéraire

 Le tome 2 d'Acacia est la suite du tome 1 d'Acacia... Ça vous la coupe, hein ? Et bien oui, l'histoire reprend quelques années après la guerre contre les Meins (et non pas les mains) et on retrouve avec plaisir la famille Akaran à travers ce bon gros pavé. Ce volume va surtout se concentrer sur un des aspects mystérieux du premier tome qui était resté dans l'ombre : le quota et le trafic de brume, cette drogue permettant aux rois de garder le peuple sous contrôle. On va partir à la découverte du commerce auquel se livrent le Lothan Aklun, la Ligue et l'empire Acacian en suivant la mission diplomatique de Dariel qui va rencontrer les représentants Auldeks, alors…

Continuer la lectureAcacia tome 2 : terres étrangères, numéro d’équilibriste littéraire

Le cannibale de Crumlin Road, perdu dans la translation

Depuis un petit moment j'avais bien envie de lire du Sam Millar, depuis l'article plutôt flatteur du magazine Chro qui m'a fait découvrir le bonhomme, plus précisément... Du coup, quand j'ai vu "Le cannibale de Crumlin Road" dans la liste (interminable) de la dernière opération Masse Critique de Babélio, j'ai tenté le coup et voilà que ça passe, je reçois le bouquin pour en faire la critique avec un petit mot gentil des éditions du Seuil dedans. Mais comme je suis un gars plutôt consciencieux et que "Le cannibale" est le second tome d'une série, j'ai fait mon bon élève et j'ai pris le premier en bonus pour faire les choses dans l'ordre. En voilà une belle idée à la…

Continuer la lectureLe cannibale de Crumlin Road, perdu dans la translation

Cornes, la gueule de bois du diable

Vous connaissez Joe Hill ? Non ? Bon... On va repartir du plus simple... Vous connaissez Stephen King ? Si vous répondez "non", quittez ce site tout de suite, j'veux plus vous voir. Voilà, maintenant qu'on est entre gens biens, on peut reprendre. Donc Joe Hill c'est le fils de Stephen King, mais par respect et politesse pour le monsieur (même s'il lira jamais ces lignes, on s'en fout), ne le résumons pas à ça. Les plus BDphiles auront peut-être croisé sa plume sur l'excellente BD "Locke and Key", et les autres auront peut-être vu son nom sur ses premiers romans, à savoir le Costume du mort, Cornes, ou encore Nosfera2. Nous allons nous intéresser ici au second, qui raconte…

Continuer la lectureCornes, la gueule de bois du diable

La république des voleurs, Locke perd la boule

 La république des voleurs est le troisième tome de la série des salauds gentilshommes de Scott Lynch dont j'avais déjà parlé ici, les deux premiers volumes marquaient par leur construction exemplaire, leur univers unique et surtout leurs personnages exceptionnels mais si vous n'avez pas lu les deux premiers rebroussez chemin, pauvres fous, ça risque de spoiler un peu. Ce troisième opus (sur 7, parait-il) a mis 6 longues années à nous parvenir, mais le voilà enfin chez nous, Bragelonne l'a sorti en grandes pompes et nous tous, lecteurs avides et impatients, nous jetons  dessus comme la vérole sur le bas-clergé (oui, cette expression m'a fait rire donc je la place). Au début du livre, nous trouvons Locke en fort mauvaise…

Continuer la lectureLa république des voleurs, Locke perd la boule

Aeternia, la marche du prophète et la baffe dans ta gueule

Aaaaah, Gabriel Katz, ce nom évoque tellement de... Ah non en fait je connais pas du tout... Mais quand Babelio m'a proposé une chance de recevoir son dernier roman, j'ai fouiné un peu, lu la critique enthousiaste de Dup, et ben oui, ça m’intéresse bien moi, j'ai un p'tit faible pour les colosses avec des haches (heum... enfin... voilà quoi...). Voilà donc le petit pavé qui arrive à la maison : Aeternia Tome 1, La marche du prophète, premier constat : Scrineo a fait un super boulot sur l'objet avec cette illustration méga-classe d'un certain Aurélien Police (oui, je mets beaucoup de liens, c'est pour se culturer), j'ai scotché sur la couv' un petit moment mais il est temps d'ouvrir…

Continuer la lectureAeternia, la marche du prophète et la baffe dans ta gueule

Dragon Age Inquisition, le souffle du dragon

Il fallait bien un Bioware pour accomplir ça, un développeur qui raconte, qui écrit, qui pense ses univers, des gars pour qui histoire et cohérence ne sont pas la dernière roue du carrosse comme beaucoup (trop). "Ça" c'est Dragon Age Inquisition, troisième opus d'une série inégale mais qui a bâti son monde brique par brique, pixel par pixel sans rien laisser au hasard jusqu'à nous livrer leur petit dernier comme une évidence, l'air de rien, comme ça, pouf... Vous commencez le jeu par construire votre personnage, classique, on choisit son avatar, sa race, sa classe, et on est catapultés au milieu d'une réunion au sommet organisée entre templiers et mages pour les empêcher de s'étriper. Le problème c'est le léger…

Continuer la lectureDragon Age Inquisition, le souffle du dragon

La zone du dehors, la horde du contre-pouvoir

La zone du dehors est le premier roman d'Alain Damasio, sorti avant la Horde du Contrevent (dont j'ai parlé ici)... Et après aussi, dans une édition remaniée, c'est celle-ci que j'ai lu et dont je vais parler. Livre de SF dans la forme, livre politique dans le fond, ce roman raconte les aventures d'un groupe révolutionnaire dans une société "démocratique" futuriste mais très actuelle. Cette société c'est Cerclon, une cité géante installée sur un caillou en orbite de Saturne, regroupant 7 millions d'humains qui ont migré de la Terre après que celle-ci ait été bien pourrie par nos guerres (classique). A Cerclon, toute la société est bâtie sur un système de classement, chaque personne à une place et de celle-ci…

Continuer la lectureLa zone du dehors, la horde du contre-pouvoir

La patience du diable, et du lecteur

Une série d'horribles crimes sans rapport apparent, un cerveau manipulateur démoniaque, une jolie inspectrice au caractère bien trempé qui va rechercher la vérité, des scènes avec du gore dedans pour faire vomir le gentil lecteur... C'est bon, vous l'avez ? Oui, ça ressemble à tous les thrillers avec des tueurs psychopathes qu'on a pu lire. La Patience du Diable de Maxime Chattam a effectivement toutes les caractéristiques du polar à serial-killer (TAN!) de notre époque. On suit l'enquête de Ludivine Vancker et son équipe composée notamment de Segnon et Guilhem, qui vont fouiner sur plusieurs scènes de crimes, voire d'attentats, pour mettre à jour une manipulation méga-cosmique trop evil. Et le déroulement de l'enquête est très agréable à suivre, les…

Continuer la lectureLa patience du diable, et du lecteur

L’empire brisé, un joyeux bain de sang

Bon, comme j'ai la flemme de faire une critique par tome, on va parler de l'ensemble de la trilogie, d'autant plus qu'elle est assez constante donc j'aurai un peu l'impression de me répéter à chaque fois. Et maintenant vous vous dites que ça serait sympa que je précise de quoi je parle exactement, au lieu de discuter avec moi-même, non ? Oui, pas bête... Et bien je parle de la trilogie de l'empire brisé de Mark Lawrence, composée du Prince écorché, du roi écorché et enfin de l'empereur écorché, tous parus chez Bragelonne entre 2012 et 2014. La série suit les aventures de Jorg Ancrath, prince d'un des 100 royaumes de l'empire brisé reconverti en bandit de grand chemin après…

Continuer la lectureL’empire brisé, un joyeux bain de sang

22/11/63, Hail to the king (again)

 Ça faisait bien longtemps que j'avais pas lu un bon gros pavé signé Stephen King pur jus, mais j'ai tendance à attendre la sortie poche parce que je suis radin et patient (combo gagnant) donc je découvre 22/11/63 seulement cet automne. Bon, autant prévenir, si vous l'avez pas déjà remarqué je suis un peu fan du bonhomme, je reste un gros râleur au fond de moi-même mais il me déçoit pas souvent, j'y peux rien. Et donc ce nouveau gros pavé, sorti après "Under the Dome", raconte l'histoire de Jacob Epping, un prof d'anglais dans un lycée du Maine qui tombe un beau jour sur un moyen de remonter à une date précise du passé, un jour de 1958. Son…

Continuer la lecture22/11/63, Hail to the king (again)