Royaume de vent et de colères, Mistral hurlant

 Voilà, c'est toujours pareil avec les marseillais, ils sont pas foutus de faire comme tout le monde. C'était déjà vrai à la fin du XVIe siècle, époque à laquelle se déroule "Royaume de vent et de colères" de Jean-Laurent Del Socorro. Dans ce roman (enfin dans la vraie vie aussi hein, ça s'appelle l'Histoire) toute la France est sous le pouvoir d'Henri IV après son accession au trône... Toute ? Non, car un village d'irréductibles gaulois résiste à l'autorité ! Le village en question c'est Marseille, dirigé par Charles de Casaulx et établie en "République indépendante". 1596, l'armée du roi est aux portes de la ville, les soldats et miliciens se préparent à défendre la cité phocéenne. Dans ce contexte,…

Continuer la lectureRoyaume de vent et de colères, Mistral hurlant

Chien du Heaume, Douce brutalité

Quand on commence à s'intéresser à la Fantasy, il est toujours un peu compliqué d'attaquer la bibliographie d'un auteur car soit il a déjà une série de 15 tomes à rattraper, soit son dernier livre et le premier tome d'une beaucoup-logie et on se dit qu'on va attendre la fin plus de 20 ans. Donc en général, grosse méfiance, tu te renseignes, tu trempes un orteil dans la piscine pour voir si une armée de piranhas ne va pas vouloir te torturer pour les années à venir (bon, parfois on s'en plaint pas trop non plus). Donc quand je suis tombé sur Chien du Heaume, petit roman de 200 pages qui se suffit à lui-même, il a fait figure de…

Continuer la lectureChien du Heaume, Douce brutalité

Les héros, le pont de la rivière gouaille

Je continue donc ma découverte de l’œuvre de Joe Abercrombie. Après ses quatre premiers romans, on sait déjà que le monsieur a un univers bien crade, sombre et violent, que son monde médiéval est peut-être plus proche de notre vrai moyen-âge que des paladins en armures lustrées et des elfes Yves Rocher qui chient des coquelicots. "Les héros" continue sur le même ton mais change un peu la donne, à la limite de l'exercice narratif et stylistique, l'auteur va nous raconter trois jours dans la vie de soldats qui pataugent dans la boue... Attention, ça va trancher... Tout comme "Servir Froid", ce roman se passe dans le même univers que la trilogie de la première loi mais se suffit à…

Continuer la lectureLes héros, le pont de la rivière gouaille

Blizzard, le secret des esthètes, Winter is running

Blizzard - Le secret des esthètes est la nouveauté fantasy des éditions Mnémos, ça sort du four et ça crépite encore. J'aime bien cet éditeur, ils sortent peu mais souvent de belles choses... et d'ailleurs faut toujours que je ponde une critique pour l'excellent Chien du Heaume, je traine... Mais c'est pas le sujet du jour, ici Pierre Gaulon nous est présenté comme un nouveau venu dans le genre même s'il officie déjà dans le monde du thriller (pas les zombies qui dansent en veste rouge, les livres). Le présent roman se penche sur les aventures de Chasseur, qui coule de jours heureux mais un peu frileux en compagnie de Blizzard, vieil homme avec qui il s'est exilé dans les…

Continuer la lectureBlizzard, le secret des esthètes, Winter is running

Acacia tome 2 : terres étrangères, numéro d’équilibriste littéraire

 Le tome 2 d'Acacia est la suite du tome 1 d'Acacia... Ça vous la coupe, hein ? Et bien oui, l'histoire reprend quelques années après la guerre contre les Meins (et non pas les mains) et on retrouve avec plaisir la famille Akaran à travers ce bon gros pavé. Ce volume va surtout se concentrer sur un des aspects mystérieux du premier tome qui était resté dans l'ombre : le quota et le trafic de brume, cette drogue permettant aux rois de garder le peuple sous contrôle. On va partir à la découverte du commerce auquel se livrent le Lothan Aklun, la Ligue et l'empire Acacian en suivant la mission diplomatique de Dariel qui va rencontrer les représentants Auldeks, alors…

Continuer la lectureAcacia tome 2 : terres étrangères, numéro d’équilibriste littéraire

Le cannibale de Crumlin Road, perdu dans la translation

Depuis un petit moment j'avais bien envie de lire du Sam Millar, depuis l'article plutôt flatteur du magazine Chro qui m'a fait découvrir le bonhomme, plus précisément... Du coup, quand j'ai vu "Le cannibale de Crumlin Road" dans la liste (interminable) de la dernière opération Masse Critique de Babélio, j'ai tenté le coup et voilà que ça passe, je reçois le bouquin pour en faire la critique avec un petit mot gentil des éditions du Seuil dedans. Mais comme je suis un gars plutôt consciencieux et que "Le cannibale" est le second tome d'une série, j'ai fait mon bon élève et j'ai pris le premier en bonus pour faire les choses dans l'ordre. En voilà une belle idée à la…

Continuer la lectureLe cannibale de Crumlin Road, perdu dans la translation

Cornes, la gueule de bois du diable

Vous connaissez Joe Hill ? Non ? Bon... On va repartir du plus simple... Vous connaissez Stephen King ? Si vous répondez "non", quittez ce site tout de suite, j'veux plus vous voir. Voilà, maintenant qu'on est entre gens biens, on peut reprendre. Donc Joe Hill c'est le fils de Stephen King, mais par respect et politesse pour le monsieur (même s'il lira jamais ces lignes, on s'en fout), ne le résumons pas à ça. Les plus BDphiles auront peut-être croisé sa plume sur l'excellente BD "Locke and Key", et les autres auront peut-être vu son nom sur ses premiers romans, à savoir le Costume du mort, Cornes, ou encore Nosfera2. Nous allons nous intéresser ici au second, qui raconte…

Continuer la lectureCornes, la gueule de bois du diable

La république des voleurs, Locke perd la boule

 La république des voleurs est le troisième tome de la série des salauds gentilshommes de Scott Lynch dont j'avais déjà parlé ici, les deux premiers volumes marquaient par leur construction exemplaire, leur univers unique et surtout leurs personnages exceptionnels mais si vous n'avez pas lu les deux premiers rebroussez chemin, pauvres fous, ça risque de spoiler un peu. Ce troisième opus (sur 7, parait-il) a mis 6 longues années à nous parvenir, mais le voilà enfin chez nous, Bragelonne l'a sorti en grandes pompes et nous tous, lecteurs avides et impatients, nous jetons  dessus comme la vérole sur le bas-clergé (oui, cette expression m'a fait rire donc je la place). Au début du livre, nous trouvons Locke en fort mauvaise…

Continuer la lectureLa république des voleurs, Locke perd la boule

Aeternia, la marche du prophète et la baffe dans ta gueule

Aaaaah, Gabriel Katz, ce nom évoque tellement de... Ah non en fait je connais pas du tout... Mais quand Babelio m'a proposé une chance de recevoir son dernier roman, j'ai fouiné un peu, lu la critique enthousiaste de Dup, et ben oui, ça m’intéresse bien moi, j'ai un p'tit faible pour les colosses avec des haches (heum... enfin... voilà quoi...). Voilà donc le petit pavé qui arrive à la maison : Aeternia Tome 1, La marche du prophète, premier constat : Scrineo a fait un super boulot sur l'objet avec cette illustration méga-classe d'un certain Aurélien Police (oui, je mets beaucoup de liens, c'est pour se culturer), j'ai scotché sur la couv' un petit moment mais il est temps d'ouvrir…

Continuer la lectureAeternia, la marche du prophète et la baffe dans ta gueule

Dragon Age Inquisition, le souffle du dragon

Il fallait bien un Bioware pour accomplir ça, un développeur qui raconte, qui écrit, qui pense ses univers, des gars pour qui histoire et cohérence ne sont pas la dernière roue du carrosse comme beaucoup (trop). "Ça" c'est Dragon Age Inquisition, troisième opus d'une série inégale mais qui a bâti son monde brique par brique, pixel par pixel sans rien laisser au hasard jusqu'à nous livrer leur petit dernier comme une évidence, l'air de rien, comme ça, pouf... Vous commencez le jeu par construire votre personnage, classique, on choisit son avatar, sa race, sa classe, et on est catapultés au milieu d'une réunion au sommet organisée entre templiers et mages pour les empêcher de s'étriper. Le problème c'est le léger…

Continuer la lectureDragon Age Inquisition, le souffle du dragon