Blackwater 2 : La digue, Attention chantier

La digue est le second tome (sur 6) de la série Blackwater par Michael McDowell

On enchaine avec le deuxième tome de Blackwater qui devrait sortir tout juste deux semaines après le premier, et oui, Monsieur Toussaint Louverture va nous sortir toute la série à un rythme d’enfer sur un format épisodique. En trois mois nous devrions avoir l’intégrale de la saga, c’est pas beau ça ?

Nous avions laissé la famille Caskey lorsqu’Oscar et Elinor emménagent enfin dans la nouvelles maison construite par Mary-Love. Cette dernière a tout fait pour retarder le départ des jeunes mariés, mais c’était sans compter sur les manœuvres de sa belle-fille qu’elle avait grandement sous-estimée. Mary-Love se retrouve donc dans sa maison avec Sister, mais un nouvel évènement va venir animer la ville de Perdido : Le chantier de la digue va enfin démarrer, la construction permettra à la ville de se protéger de prochaines inondations, mais aussi de relancer l’économie et d’embaucher des tas de gens. Early Haskew est l’ingénieur chargé de la conception de l’ouvrage, et de la direction du chantier, et il va également se retrouver embarqué dans les histoires familiales des Caskey. Seulement Elinor n’aime pas beaucoup ce projet de digue qui lui coupe l’accès à sa rivière bien-aimée, tout ça risque de faire des étincelles.

Blackwater continue sur son équilibre étrange entre grande fresque familiale historique et une saga de fantastique qui frôle l’horrifique très ponctuellement. Le gros de l’histoire concerne toujours l’évolution de cette famille à travers les années, ses disputes, ses tensions mêlant le patrimoine professionnel et les rancœurs personnelles du clan qui essaye de remettre le business de la scierie sur les rails, tout en se tirant dans les pattes avec affection et regards assassins. Le femmes du clan tirent les ficelles en coulisse et placent des pions dans de petites machinations, mais il y a quand même un esprit de famille qui fait se retrouver tout le monde quand un intérêt commun est en jeu. On va assister à une succession d’évènements qui vont rapprocher ou éloigner tel ou tel membre de la famille, dans une narration très agréable et fluide.

Le contexte historique est encore très crédible, l’ambiance de la ville change complètement avec ce chantier et l’arrivée de tout plein d’ouvriers, on va construire des dortoirs et des réfectoires, toute une économie va tourner autour de cette grande entreprise. Mais ça va aussi amener son lot de difficultés et de malheurs. Sur le même schéma que le tome précédent on va glisser gentiment vers un peu de fantastique par moments, un petit détail étrange par-ci, une disparition par-là, le mystère autour d’Elinor s’épaissit et entraine tout le monde dans son sillage. Pour ajouter à l’ambiance particulière, on va encore une fois basculer très ponctuellement dans l’horreur dans une scène choc qui va frapper le lecteur en pleine poire même si ce schéma se répète un peu d’un tome à l’autre. Pourtant ça fonctionne toujours, le numéro d’équilibriste que nous a livré Michael McDowell reste très convaincant et intrigant, tout en nous gardant attaché à cette famille et son entourage.

Le suspense est encore entier, j’ai hâte de découvrir ce que nous réserve la suite de cette saga, que ce soit dans l’évolution de ses personnages et dans la résolution de ce grand mystère qui entoure le clan Caskey. L’auteur fait monter la sauce, mais on attend de voir ce que nous cache tout ça, ça pourrait tout aussi bien s’essouffler que nous exploser à la figure dans un réjouissant feu d’artifice de glauque et de sang. Rendez-vous en Mai pour le tome 3 !

Livre reçu en service presse dans le cadre d’une opération Masse Critique Babelio, merci à eux et à l’éditeur Monsieur Toussaint Louverture.

Couverture : Pedro Oyarbide
Traduction : Yoko Lacour avec la participation de Hélène Charrier
Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Date de sortie : 22 Avril 2022
Nombre de pages : 260
Prix : 8,40€

3 réponses

  1. Content de voir ton enthousiasme se confirmer avec cette suite. Je reste toujours aussi curieux quant à cette saga mais je ne suis pas encore certain de faire partie de la cible éditoriale malgré tout ses bons points.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.