L’empire de Nyphron, Petites cachotteries

Le monde de Michael J. Sullivan commence à prendre un peu d’épaisseur ! Après les petites révélations du tome précédent, voyons voir comment les deux compères de Riyria s’en sortent dans une nouvelle aventure. L’empire de Nyphron est le troisième tome des Révélations de Riyria, disponible dans l’édition Bragelonne qui regroupe les tomes 3 et 4 sous le nom L’avènement de l’empire.

Royce et Hadrian sont maintenant au service d’Alric pour le compte du royaume de Melengar, mais ça commence à sentir le roussi parce que l’empire grignote tous les royaumes autour. Pour échapper à leur contrôle, le duo de mercenaire devra escorter la princesse Arista pour négocier avec les résistants royalistes qui se battent encore. Au milieu de tout ça, Hadrian en a un peu marre et songe à prendre sa retraite, désabusé, tandis que Royce détient un secret sur son ami mais n’a qu’un seul moyen de vérifier ça, il doit fouiller le passé de son compagnon de route.

On reprend la recette de fantasy détendue et fun qui a caractérisé le début de cette série, mais la tension monte quand même d’un cran. La situation politique est compliquée, Hadrian nous fait un coup de déprime et la cohésion du duo en prend un coup. Pourtant il faudra se battre pour maintenir l’indépendance de Melengar, Riyria doit entrer en contact avec des résistants en fort mauvaise posture, qui auront bien besoin d’un coup de main pour s’en sortir. La seconde moitié du bouquin ne sera pas avare en tension, action et retournements de situation, on va se retrouver au milieu d’une bataille presque perdue d’avance, où le timing et la confiance seront primordiaux.

Au milieu de leurs péripéties encore une fois très rythmées, on va essayer d’y voir plus clair sur cet histoire d’héritier et de protecteur, mais il est pas impossible que l’autre vieux manchot manipule encore une fois son monde, donc il faut rester prudent. Royce va faire le sournois, comme il se doit, pour découvrir la vérité. Ce petit jeu de chat et de souris est très bien mené par l’auteur, pour une fois on comprend vraiment ce qui pousse les personnages à ne pas se dire les choses, ça change… Arista évolue pas mal pendant cette aventure. Habituée au luxe et aux serviteurs, la traversée en terrain hostile ne sera pas de tout repos pour elle, mais finalement ça la fait grandir et elle se découvre elle-même à travers le voyage. J’ai beaucoup aimé son évolution, elle se découvre des ressources insoupçonnées et commence à prendre les choses en main malgré ses échecs passés.

En parallèle de tout ça, nous auront quelques chapitres du point de vue d’Amilia, une servante qui va se retrouver dame de compagnie de la nouvelle impératrice, que nous connaissons bien. Mais cette dernière est apathique, ne mange rien et ne parle plus depuis les évènements de La tour elfique. Amilia aura la lourde tâche de la remplumer et de la préparer à se montrer en public, parce que quand on a mis une impératrice fantoche sur le trône, faut quand même qu’elle arrive à aligner deux mots pour maintenir l’illusion. Ceux qui tirent les ficelles ont besoin de garder son image intacte pour faire n’importe quoi en coulisse sans se faire griller. Cette partie du bouquin est tout aussi intéressante, on découvre l’envers du décor et les conséquences du tome précédent, ça donne une bonne solidité à l’ensemble.

J’aime énormément la manière dont l’auteur étoffe son univers l’air de rien, tout en proposant toujours des aventures funs et rythmées. Les personnages sont tous attachants, on comprends et on apprécie chaque point de vue, et dans l’ombre on sent la menace, les secrets et les comploteurs qui se faufilent pour placer des petites choses par-ci par-là. On combine le plaisir immédiat de l’aventure qui nous est racontée, et l’anticipation des plus grands mystères qui ont l’air de se planquer derrière ces pages. J’ai adoré l’évolution d’Hadrian qui, derrière ses idéaux de noblesse et d’héroïsme, commence à ne plus supporter son propre rôle dans ces complots et ces filouteries. C’est cohérent et ça donne une dynamique au duo qui installe pas mal de tension.

Plus j’avance dans cette série, plus je m’attache à ses personnages, et plus le monde s’étoffe. Michael J. Sullivan sème des mystères et du worldbuilding avec beaucoup de subtilité au milieu de péripéties directes et divertissantes. Les révélations de Riyria gagne sur tous les niveaux, et donne envie de continuer l’aventure jusqu’au bout.

Lire aussi l’avis de : Lianne (De livres en livres), Herbefol (L’affaire Herbefol),

Une réponse

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.