You are currently viewing Obsidian, Ça va trancher

Obsidian, Ça va trancher

Obsidian est une sortie récente en VO de chez Angry Robot, j’avais pas spécialement noté sa sortie mais le livre a attiré mon attention quand je l’ai croisé sur NetGalley et j’ai pu recevoir un exemplaire numérique via cette plateforme. La quatrième de couv’ nous laisse entrevoir une fantasy dark badaboum et la couverture est très chouette, il n’en fallait pas plus.

L’île de Malavita est vaguement sous la coupe de l’empire, de loin, mais elle est a aussi été dévastée par une guerre contre des forces surnaturelles. Aujourd’hui la terre est souillée, et les humains doivent vivre sous la protection de voiles magiques. Mais la Confrérie seule détient le secret de la création de ces voiles, et elle n’hésite pas à user de ce monopole pour jouer des coudes en politique et garder la population sous son contrôle. Shade est une mage de sang, comme ses petits camarades elle peut contrôler certains éléments en se tailladant elle-même à l’aide de lames magiques et en puisant dans son sang. C’est une femme, aussi, et ça ça passe pas très bien, mais surtout, Shade a appris le secret de la fabrication des voiles, et compte bien en élever un sans le contrôle de la Confrérie.

Obsidian a des petits airs de fantasy post-apocalyptique qui rappelleront Blackwing avec ses terres désolées où rôdent des trucs pas frais. On a une atmosphère particulière, très chouette, dans cet univers dévasté dont on va découvrir les secrets au fur et à mesure. On a des tempêtes de ténèbres qu’il faut à tout prix éviter, des chemins magiques qui permettent à certaines tribus de survivre et de se guider dans cette bouillasse, des cités corrompues sous le contrôle de la Confrérie, et tout ça qui menace de s’effondrer car les voiles faiblissent. Tout ça est solide et bien ficelé, j’ai beaucoup aimé le monde proposé par Sarah J. Daley.

On suivra principalement deux points de vue dans le bouquin. Shade, évidemment, qui commence l’histoire en s’alliant à un noble et en prenant contact avec l’Empire pour avoir du soutien dans sa quête. Mais nous avons aussi la perspective du jeune Raiden, émissaire de l’empire qui doit donc rencontrer Shade et évaluer sa proposition. Shade est une mage de sang dans un univers où (bien sûr) les femmes ne le sont habituellement pas, elle est méprisée par tous et n’a de soutien que par sa famille adoptive de nomades qui l’accompagnent. Elle est assez bourrine dans son genre, et parfois un peu caricaturale, mais j’ai fini par m’y attacher grâce à sa détermination et son background. Raiden est le septième fils de l’empereur, pas du tout voué à lui succéder, il a été élevé comme un garde du corps d’élite mais il est envoyé sur cette mission plus ou moins en exil après être tombé en disgrâce. Il y a une dualité assez marrante entre son apparente naïveté et sa férocité au combat, ça en fait un personnage extrêmement classe. J’ai aimé le duo classe formé par ces deux lascars, et avec quelques autres personnages secondaires, on a un casting tout à fait satisfaisant.

Ils vont donc se lancer dans l’érection d’un nouveau voile magique, en essayant d’échapper au contrôle des différentes factions qui voudraient en tirer partie. Ce mélange entre la magie et la politique est bien intégré à l’histoire, on arrive à saisir les implications de la quête de Shade, et les conséquences que ça aurait si elle faisait ça sans avoir préparé le terrain politiquement. Mais à côté de ça on doit quand même se bastonner de temps en temps, et l’autrice nous livre quelques grandes scènes bien épiques où Shade déchaine ses pouvoirs tandis que Raiden saute partout pour découper du méchant autour d’elle. Sortant de la saison 1 de La roue du temps, ce duo en combat fait beaucoup penser à Moiraine et Lan dans l’aspect chorégraphique.

Le bouquin arrive à tenir le lecteur dans son rythme soutenu et par une succession de révélations et retournement de situations, cachant des secrets sous les secrets, ce qui fait d’Obsidian une lecture rapide et très agréable, ça défile tout seul. On n’atteint pas non plus le statut d’incontournable, à cause de quelques petits défauts minimes dont une fin un peu « badaboum magique » qui manque finalement d’enjeu. Mais j’ai trouvé que les personnages perdaient un peu à cause de l’aspect romance, léger mais qui plombe les relations jusque-là très chouette. Shade est à peu près la seule femme du bouquin, et elle se la joue beaucoup, mais avant la fin de l’histoire on se rend compte que quasiment tout le monde l’aime. On a trois personnages importants apparemment amoureux d’elle, et un triangle amoureux dont on se serait bien passé. J’ai trouvé ça dommage, ça a plombé la dynamique des relations entre tous les personnages pour moi, en remplaçant amitié, loyauté, soutien, par des histoires d’amour (ou de cul) pas super bien amenées. C’est anecdotique, ça prend pas beaucoup de place et arrive très tard, mais ça « tord » un équilibre dans les relations qui était assez chouette jusque là.

Finalement, Obsidian reste une bonne lecture, une belle aventure de fantasy sombre avec pas mal d’action, un univers solide et des personnages chouettes. Pas parfait, pas incontournable mais très plaisant, je recommande sa lecture si vous souhaitez un petit tour de manège côté fantasy bourrino-apocalyptique.

Roman reçu en service presse via Netgalley, merci à l’éditeur Angry Robot

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 4 commentaires

  1. J’avais entendu dire que c’était devenu difficile en tant que bloggeur non anglophone (niveau chroniques) pour avoir des SP netgalley US/UK car ils étaient devenu assez stricts sur ce critère (avant on pouvait limite avoir tout les livres sans restriction).
    Mais du coup ça a l’air de continuer à fonctionner un peu !

    J’avais celui ci sur le bord de mon radar, à voir !

    1. J’ai commencé à faire des requêtes très récemment, c’est le second que je reçois après the hand of the Sun king. J’ai bien précisé sur mon profil que je review en français.

      Y’a que She who became the sun qu’on m’a refusé mais ça se comprend vu qu’il va sortir en France.

      1. Du coup, tu as précisé dans ta bio sur ton profil pour les review en français?
        J’ai vu que de base il a mis un truc du genre « The NetGalley catalog is currently customized to your region (France). », du coup j’imagine qu’il a déjà viré tout les titres non dispo pour les personnes sur le sol français quand je regarde les titres dispo.

        1. J’ai mis « French blogger, i mainly read and review (in French) adult fantasy »

          Y’a aussi un petit drapeau français sur mon profil comme j’ai mis une adresse fr.