You are currently viewing La piste des oiseaux, Famille volante

La piste des oiseaux, Famille volante

En avril, ActuSF a lancé une collection de nouvelles vendues en numérique à l’unité, le club de la nouvelle. Chaque mois, 5 nouvelles à 1,99€ chacune, une bonne idée pour les lecteurs comme moi qui ne sont pas particulièrement amateurs d’anthologies (desquelles ces nouvelles sont tirées). Mais quand y’a Morgan of Glencoe au casting, évidemment que c’est la première nouvelle sur laquelle je vais me jeter, et son titre est La piste des oiseaux.

Un monde inconnu, désertique, apocalyptique. Sparrow est une jeune nomade qui vit avec sa famille d’adoption, elle chasse, et elle suit les enseignements de Crow avec ses frères et sœurs. Des évènements inattendus vont alors remettre en cause tout l’équilibre de leur petite famille, les mettre en danger et lever le voiles sur le passé de certains. Bien évidemment, c’est une nouvelle, on va pas rentrer dans les détails pour ne pas gâcher la découverte.

C’est un grand plaisir de découvrir Morgan of Glencoe dans un autre univers que sa Dernière geste, et la très bonne nouvelle c’est que La piste des oiseaux est au moins d’aussi grande qualité que ses romans. En quelques pages, l’autrice nous attache à cette famille de drôles d’oiseaux (les Wings, ils ont tous un nom de piaf), elle trace les grandes lignes des relations, leurs caractères et leur combat. Tout va très vite, on voit pas venir le point de basculement, le moment où on passe de l’introduction progressive au « OH PUTAIN DE MERDE » tragique et émouvant. C’est tellement bien amené, tellement bien construit, on a juste les infos nécessaires pour saisir les enjeux, esquisser le strict nécessaire de l’univers, et tomber amoureux de ses personnages.

La nouvelle nous parle d’éducation dans un monde effondré, d’un certain idéalisme qu’on défend malgré tout (ah, ça c’est tout ce que j’aime). Quand on arrive au bout on a envie de suivre ces personnages, de découvrir ce monde avec eux. Malheureusement c’est déjà terminé, pourtant on est pleinement satisfait de ce court voyage. Pour moi c’est énorme parce que je ne suis pas un gros lecteur de nouvelles, je trouve justement que je n’ai jamais le temps de m’immerger dans ces récits, elles fonctionnent souvent sur une idée, un concept, un twist, et c’est pas ce que j’aime lire. Je veux un monde, des personnages, et une aventure qui me transporte, et ça me demande souvent du temps.

Ici Morgan of Glencoe tire un coup dans le mille, elle propose tout ça dans un mouchoir de poche, mais le monde qu’elle esquisse contient tant de promesses qu’on ne peut s’empêcher de vouloir en découvrir plus. La piste des oiseaux satisfait pleinement mais tease aussi énormément, la nouvelle a juste esquissé un univers qui contient tant de promesses, de richesse à peine effleurée, qu’on ne peut s’empêcher d’aller en demander plus, encore plus. Et la bonne nouvelle c’est que c’est prévu ! Joie, fête et cotillons, mais d’abord il faut terminer La dernière geste, donc on sera patients. De toutes façons, des wings ou de la dernière geste, moi tant que j’ai du Morgan of Glencoe à lire, j’suis content.

D’ailleurs, vous savez que Le temps du teuz sort en version papier en Septembre ? Avec des nouvelles inédites et de la musique ? Voilà, c’est ce que je disais, j’suis content.

Lire aussi l’avis de : Yuyine, Anudar,

Couverture : Tithi Luadthong / Shutterstock
Éditeur : ActuSF (Club de la nouvelle)
Nombre de pages : Pas beaucoup
Prix : 1,99€ (numérique)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La publication a un commentaire

  1. Vert

    Elle est chouette cette nouvelle, clairement elle sortait du lot dans l’anthologie où elle a été publiée ^^