The road so far, bilan et réflexions

C’est cette période de l’année, la fin, le début, l’heure de regarder derrière, devant et sur les côtés. C’est rigolo j’ai jamais fait ça, je pars un peu en freestyle et je vais essayer de montrer où me mènent mes explorations du moment.

Where’s the fun ?

Cette année 2017 a été un nouveau basculement vers la VO pour moi, j’en lisais déjà avant mais je me suis mis à vraiment suivre l’actu de nos amis anglophones, à surveiller les sorties et les auteurs (trouvant au passage un intérêt nouveau à twitter, bien plus populaire chez nos amis angloricains). Le résultat est que mes lectures les plus marquantes ont été en anglais cette année, avec en tête de liste évidemment Kings of the wyld de Nicholas Eams et Tyrant’s Throne de Sebastien de Castell que le lecteur français pourra toujours attendre. J’y trouve vraiment mon compte, j’y trouve quelque chose qui me correspond mais qui a du mal à arriver jusqu’à chez nous : La fantasy d’action fun, qui se prend pas la tête et porte une certaine fraîcheur enthousiasmante.

Alors qu’aujourd’hui Game of thrones a jeté tout le monde dans le grimdark implacable, le désespoir et les « nuances de gris », j’adore lire ces romans qui me font sourire, qui filent la pêche avec un équilibre entre action, humour, humanisme, optimisme et même idéalisme ! Ce sont les seuls que je qualifierais d’héritiers de David Gemmell (alors que certains éditeurs en voient partout…), parce que ce sont les seuls qui me procurent ces mêmes sensations de lecture. A ma connaissance, le seul auteur francophone qui correspond à cette description pour moi est Gabriel Katz (D’ailleurs il est où le second tome de La part des ombres ?). Si vous râlez parce que vous lisez pas de VO, allez donc faire un tour sur le dernier article d’Apophis, ça vous incitera peut-être à sauter le pas, sauf si comprenez vraiment pas deux mots d’anglais évidemment…

Ça ne veut pas dire que l’édition francophone est morose pour autant, j’ai eu de belles lectures françaises cette année mais dans des registres un peu différents. On a eu Sénéchal, Boudicca ou l’excellent troisième tome des récits du Demi-Loup de Chloé Chevalier (Si vous ne devez lire qu’une seule série de fantasy française, c’est bien celle-ci). Côté traductions j’ai été emballé par le diptyque de Guy Gavriel Kay, évidemment, par ma découverte de Honor Harrington grâce à la nouvelle collection poche de L’atalante, et toujours la collection Une Heure Lumière de chez Le bélial’ qui livre de jolies découvertes.

Young Abruti

Cette année a aussi été mon baptême du feu dans ce qu’on appelle le « Young Adult », catégorie que personne ne sait vraiment définir mais qu’apparemment on sait marketer ! On colle dans cette catégorie tout ce qui est récit initiatique d’un ado qui découvre son monde. De mon point de vue de mi-trentenaire, j’ai lu le meilleur et le pire de ce qui a été étiqueté là-dedans. J’ai adoré lire La mer éclatée d’Abercrombie ou Spellslinger de De Castell, parce qu’ils proposent une aventure adolescente prenante, un « coming of age » qui peut toucher adulte comme ado par ses personnages, son monde et ses enjeux.

En face j’ai récemment lu Les légions de poussière de Brandon Sanderson qui, malgré ses qualités de construction et ses idées amusantes, reste sur un schéma de récit pour ado plein de gros poncifs sans originalité. C’est ce que j’espère ne plus voir en YA, le prochain livre qui me sort l’histoire d’un ado dans une école avec des parents absents, un mentor gentil et une copine hystérique, je le fous au feu. J’en ai largement parlé dans les chroniques de ces romans, mais j’estime qu’on peut faire du roman jeunesse qui éveille et fait découvrir, plutôt que se complaire dans des codes débiles qui tournent en rond. D’ailleurs si je retombe sur du Young Adult qui me plaît, je le qualifierai plus volontiers de roman « tous publics », parce que je trouve ça con de restreindre le public cible si le bouquin est bien.

Bien sûr, on m’a rappelé que je n’étais pas la cible, que des enfants pouvaient adorer ça, bla bla… Certes, mais je trouve ça dommage de proposer à un adolescent quelque chose qui restreint à ce point les possibilités de l’imaginaire. Entre 10 et 15 ans j’ai lu King, Tolkien, Barker, Poe, Connelly, Wul, Ludlum, Masterton, Koontz, plein d’auteurs qui écrivent pour des adultes, et ça nourrit la curiosité au lieu de la refermer avec des œillères marketing. Ça peut être un bon point d’entrée dans l’imaginaire, ma nièce se bouffe les Harry Potter et c’est les premiers bouquins de cette taille qu’elle lit par plaisir, mais si on lui fait lire que des trucs qui se ressemblent pendant toute son adolescence, c’est un gâchis monstrueux.

Prochainement dans nos cerveaux

Qu’avons-nous donc sur nos radars pour 2018 ? Il y a les évidences qui sont la suite logique de cette année : Charmcaster (Spellslinger 3), Bloody Rose (The band 2, suite de Kings of the wyld), Les Honor Harrington qui arrivent petit à petit en poche, Le quatrième Bâtard de Kosigan de Cerrutti, le quatrième Demi-Loup de Chevalier, le quatrième Rois du monde de Jaworski (le 2.3 quoi…), peut-être la suite des sentiers des astres de Platteau, je dois lire Les lions d’Al-Rassan de Kay et Tigane qui va aussi être réédité en Janvier… Tout ça c’est les incontournables. Et oui, ça va, je vais lire les poudremages, promis.

Je vais également poursuivre ma lecture de The faithful and the fallen de John Gwynne, j’attends la réédition de Grey Bastards de Jonathan French, la sortie d’Age of assassins de RJ Barker chez Bragelonne, je compte rattraper mon retard de Mark Lawrence (La trilogie de la reine rouge et le début du livre des anciens). J’ai aussi une tétra-chiée de trucs en anglais que j’ai chopé pour presque rien à l’aveugle, c’est un peu la loterie des ebooks : The valhalla saga de Snorri Kristjansson, The ties that bind de Rob J. Hayes (c’est rigolo en français ça donne « les liens qui lient »), Blackwing d’Ed McDonald, The tethered mage de Melissa Caruso, etc, etc… Et comme d’habitude ça va être un peu au feeling, au fur et à mesure selon mes envies, je suis très mauvais pour planifier.

L’imaginaire ailleurs

Bien sûr, il n’y a pas que dans la littérature qu’on peut s’évader, l’année vidéoludique aura été riche en belles expériences, j’ai été conquis par Horizon Zero Dawn, Hellblade et Mass Effect Andromeda, qui m’ont tous fait vivre des aventures extra-ordinaires. L’année qui arrive est encore un peu floue en terme de calendrier, on aura un God of War, un Spider-man très intrigant, un Biomutant mystérieux mais rien qui me fasse vibrer pour le moment, nous verrons bien.

L’année cinéma a par contre été une catastrophe, les films que j’ai vraiment aimés en 2017 se comptent que les doigts d’une main de lépreux : Baby Driver et La tour sombre, peut-être Logan et La planète des singes si je suis sympa, mais c’est tout, voilà, bonne journée, salut. Il me reste à voir Blade Runner, Dunkerque ou Ça, mais j’ai peu d’espoir d’avoir un vrai coup de cœur dans les sorties de cette année. Et qu’est-ce que j’attends en 2018 ? Les animaux fantastiques 2, c’est tout. Oui, je suis devenu chiant, je sais. Ou alors l’empire Disney me gonfle un peu trop.

En séries c’est un peu pareil, l’alliance Marvel/Netflix nous a livré daube sur daube à base de ninjas en pyjama et de narration bordélique, on a eu droit à un Star Trek fadasse, une saison 2 de Stranger Things sous forme de remake de la saison 1, et quelques autres trucs moyens. Mon année a été sauvée largement par Amazon avec Bosch, Goliath et American Gods, et aussi par les 6 saisons de Downtown Abbey qui nous ont occupé tout l’automne (sans déconner, c’est une des meilleures séries qui trainent sur Netflix). Après je suis très loin de regarder tout « Direct from tonton USA », je ne pirate pas et je me contente de Netflix et Amazon Video, donc j’ai certainement loupé plein de trucs top tendance.

Je pense avoir fait le tour, j’espère avoir donné une image claire de mes découvertes et mes réflexions du moment, et il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une année 2018 pleine de beaux voyages imaginaires, de belles découvertes et de badasseries en tous genres.

 

29 réponses

  1. Beau bilan pour cette année 2017 🙂 Je partage la plupart de tes bonnes découvertes (en VF, pour le moment) mais je n’ai pas encore pris le temps de jeter un oeil aux sorties 2018. Je vais regarder ce que tu as noté 🙂

  2. Ben pour un truc fait en freestyle, il est bien foutu ton bilan ! Merci pour les liens, d’ailleurs.

    C’est marrant, mais on a eu le même parcours cette année : de la VO, j’en lisais un peu jusque là, du genre une demi-douzaine maximum de bouquins par an, et c’est en 2017 que je me suis vraiment retroussé les manches et que, comme toi, je me suis mis à regarder le planning de sortie en Anglosaxonie. Et tout comme toi, là encore, c’est en VO que j’ai eu certaines de mes meilleures lectures : sur 14 romans estampillés « culte » cette année, 8 sont de la VO. Dont Kings of the Wyld, évidemment, dont, comme tu le soulignes, le non-anglophone ne verra probablement jamais la couleur. Et oui, on espère bien que tu vas te mettre aux Poudremages (pardon, à The powder mage trilogy). Et je plussoie pour Downton Abbey, aussi !

    On va encore avoir 2-3 lectures en commun (euphémisme !) en 2018, à commencer par Age of assassins, Bloody Rose et du Guy Gavriel Kay. J’ai hâte de comparer nos impressions !

  3. Beau bilan, je te rejoins ainsi qu’Apophis pour la transition en VO. C’est vraiment cette année que j’ai passé un Cap et que j’ai commencé à m’intéresser à des auteurs et séries autres que celles que je ne pensais pas voir la suite traduite en Français. Il faut d’ailleurs que je lise Kings of The Wylde qui est dans ma PAL. Mon challenge personnel sur le prix Hugo a aussi fait office de déclic.

    Pour les séries TV je suis par contre à la ramasse, je manque vraiment de temps pour me lancer à fond dans une série. Il va falloir que je remette à plat mon emploi du temps en 2018.

    Pour le YA je n’ai jamais dis que tu n’étais pas la cible, juste que la construction était obligatoirement différente et pouvait surprendre et moins accrocher. Si tu ne parlais pas obligatoirement de moi, pas grave je suis déjà loin ^^

    • Les séries télé je me suis beaucoup calmé quand même, y’a 10 ans j’en bouffais a la dizaine, mais je me suis soigné.

      Pour le YA je visais pas particulièrement ton commentaire non. D’après mon souvenir tu parlais d’ailleurs plutôt de tes attentes différentes en abordant ce genre, c’est tout a fait ton droit, et sur la complexité de l’univers .

    • Merci !
      Je sais pas pourquoi, je viens de retrouver ton com dans les indésirables, faudrait peut-être que j’y aille plus souvent là-dedans, si ça se trouve tu commentes tout le temps et ça passe à la poubelle sans que je le voie… :/

  4. Un bila avec de la peche ainsi, c’est plaisant et addictif. J’en veux encore!

    Question cinéma, série et même jeux je suis un peu dans la même dynamique que toi. Franchement, j’ai souvent l’impression d’en avoir fait plus ou moins le tour, ou de n’assister qu’à des redites. Cinéma, il y a le dernier Star Wars qui m’a plu, puis quand même Logan. Le reste oui, je crois que l’on peut dire merci à Disney qui aseptise tout. BOn, je n’ai pas encore vu Blade Runner…. Mais Ca, c’est fait et j’ai pas accroché.

    Niveau série même sentiment que toi. AVec Netflix je ne pirate pas, et The Crown m’a plu. Je dois vraiment regarder Downtown…. En jeu, je suis repartie à Skyrim!

    « Game of thrones a jeté tout le monde dans le grimdark implacable, le désespoir et les « nuances de gris », j’adore lire ces romans qui me font sourire, qui filent la pêche avec un équilibre entre action, humour, humanisme, optimisme et même idéalisme !  »
    Je t’embrasserais si je pouvais!!! Alors oui, je suis entièrement d’accord avec toi, même si je prends mon pied aussi avec la Dark, mais je ne jure pas uniquement par elle, et je cherche aussi des récits plus funs. Surtout que cette tendance grim a polluer son pendant SF et les récits que je lis son souvent très noirs et désespérant.
    Ils sont beaux les KAY alignés (j’ai presque la même photo!) 🙂

    J’ai noté 2 titres obligatoires venant de toi dans mon agenda 2018 : Kings of Wild et le Gwynne. Je ne compte pas les Wexler car jen avais déjà l’intention, et pour Les manteaux de Gloire, j’ai commencé grâce à toi!

    Merci pour cet excellent article.

  5. Joli bilan. Je suis assez d’accord avec toi concernant les ficelles marketing du young adult qui ne m’attirent pas du tout ! Sinon sympa aussi d’avoir tes avis sur les jeux même si en la matière je suis plus fantasy que sf ; Hellblade notamment a l’air très beau et immersif, mais un peu trop angoissant !

    • Hellblade il faut pas être dépressif, c’est sur ! En fantasy mon jeu préféré reste dragon age inquisition, même s’il a quelques années. En 2017 on a eu divinity original sin 2 sur pc mais c’est assez old school comme rpg occidental.

      • Je suis justement en train de jouer à DAI 🙂 Par contre mon PC n’est pas assez puissant pour Divinity Original Sin 🙁 J’aime beaucoup ce côté old school et du coup j’ai réinstallé récemment Divine Divinity, un must à mon sens !

  6. Je suis en train de mettre la dernière main à mon programme de lecture 2018, avec pas mal de trucs piochés ici ou sur le Culte dedans 🙂 Bien hâte de commencer les John Gwynne, notamment.
    A part ça, un peu rassuré de voir que je ne suis pas le seul à ressentir un essoufflement du plaisir et de l’intérêt que me suscitent les séries depuis quelques années (et le cinéma depuis encore un peu plus longtemps, hélas). Au-delà d’une lassitude normale (j’en ai sûrement beaucoup trop consommé durant toute une époque), j’ai quand même l’impression qu’on a eu beaucoup moins de nouvelles séries intéressantes depuis au moins cinq ans.

    • Oui y’a 10-15 ans je regardais des séries tout le temps, mais la je suis souvent mitige sur ce que je vois aujourd’hui. Y’a quand même de bons trucs, j’adore bosch, peaky blinders ou brooklyn 99, mais j’ai l’impression que la grande époque de bouillonnement créatif est passée

  7. Je vois que tout le monde prend un malin plaisir à aligner les romans de Kay, ça rend bien dans une bibliothèque ! 😀

    Joli bilan en tout cas ! Je ne lis pas en VO, même si je comprends tout à fait tes arguments, mais j’ai déjà trop de choses à lire en VF et pas assez de temps alors si je devais me tourner vers la VO… 😀

    Niveau cinéma et séries TV, je n’ai plus trop de temps non plus, mes visionnages se font rares (j’ai même arrêté mon abonnement Netflix, c’est dire à quel point j’en sui rendu !), mais j’arrive tout de même à voir deux ou trois trucs, histoire de ne pas être trop largué. Pas de gros coups de coeur ceci dit (hormis la génialissime série « The handmaid’s tale »).

    Bon, je crois que j’ai un bilan à faire moi aussi, si je trouve le temps de m’y mettre… 😉

    • Pour la VO si tu trouve ton bonheur en VF c’est clair que c’est le mieux, moi c’est vraiment parce qu’il me manque un petit quelque chose dans ce qu’on a chez nous, par rapport a mes gouts.

      J’ai pas encore vu the handmaid’s tale, mais j’en entends tellement parler que je vais surement finir par l’acheter pour voir.

  8. Super bilan tout ça ^^

    Je suis dans la Vo depuis des années maintenant mais j’avoue que ça ne fait que 2 ans que je me suis vraiment mise à la fantasy et à la SF dans cette langue (parce que déjà commencer un nouvel univers en VF ça peut faire peur des fois vu la complexité, alors en VO j’y vais toujours un peu à reculons malgré l’envie de tout lire xD)

    J’ai toujours bien sur King of the Wyld dans ma PAL, ainsi qu’un De Castel (le premier tome de la suite de celui sorti en VF), The tethered mage a rejoint celle ci récemment aussi ^^ (à force d’en entendre parler partout !) et aussi le premier Gwynne
    (par contre Blackwings, et les deux autres j’avoue que je fatigue un peu de lire de la dark donc peut être pour plus tard).
    Du coup ça en fait vraiment pas mal en commun.

    Je suis ravie de voir un nombre toujours plus important se mettre à la VO, ça fait toujours plaisir de voir des gens reconnaître certains livres. Quand j’ai commencé mon blog mes lectures VO n’avaient aucune vues et bien sur aucun commentaire, maintenant je commence à avoir des réactions dessus ! Victoire xD
    Il faut continuer =)

  9. Beau bilan ! Je te souhaite une année 2018 toute aussi riche.

    J’avoue que côté ciné c’était pas l’extase cette année, je regrette de n’avoir jamais pris le temps d’aller voir autre chose que du blockbuster parce que de ce côté là même en étant très bon public ça ne laisse pas beaucoup de traces !

    Côté séries y’a La servante écarlate (en France ça doit être OCS qui la distribue je crois)

    • Merci, bonne année Vert !

      On a le même constat cinéma oui.
      La servante écarlate a l’air cool, mais comme il est pas sur les services ou je suis abonné, j’attendrais une bonne occasion ou une promo pour le prendre en VOD quelque part

  10. Excellente année à toi l’Ours !
    J’étais passé sur cet article il y a quelques jours et j’ai noté ton intérêt pour Downtown Abbey, tu m’as rappelé la curiosité que j’avais pour cette série, nous l’avons commencé du coup, et pour le moment c’est excellent.
    Nous n’avons pas les mêmes lectures (ou rarement), mais j’aime bien te lire, il y a un petit ton chez toi qui est plaisant et original.

Laisser un commentaire