[Tag] Mes séries préférées, from Brize

Brize a lancé un tag sur ma truffe avec cet articles sur ses séries préférées, et même si j’en parle régulièrement sur Touitteur, il est vrai que la section séries de mon blog prend un peu la poussière. Quoi de mieux, donc, que répondre à cette joyeuse invitation en te donnant un aperçu des séries qui m’ont marqué ? Bienvenue dans mon monde série-TV-esque, joyeux lecteur.

Battlestar Galactica (4 saisons – 2004)

Vestige de la guerre contre les puissants robots Cylons, le vaisseau spatial Battlestar Galactica s’apprête à être transformé en musée. Alors que le commandant Adama prépare la cérémonie de désarmement du vaisseau, les 12 colonies de la galaxie subissent une attaque sans précédent. 40 ans après l’armistice, la guerre contre les Cylons est à nouveau déclarée…

Bon, on va bazarder les évidences en premier, hein, Battlestar Galactica version 2004 est un chef d’œuvre, une série de SF palpitante avec des personnages mémorables, des pioupiou dans l’espace et Starbuck. Voilà. Ah, si, j’avais acheté le coffret DVD avant de me rendre compte qu’il ne contenait pas… Le pilote qui était vendu à part… Une arnaque très subtile.

Sur écoute (5 saisons – 2002)

Le parcours d’une cellule de la police de la ville constituée de membres de la brigade criminelle et d’agents des « stups » chargés de lutter contre le crime organisé de Baltimore. À la suite d’un retournement de situation pour le moins suspect lors du procès du frère d’un membre de la pègre de Baltimore, le maire décide alors de faire le ménage dans sa ville. Outre la surveillance des dealers, les infiltrations à l’intérieur même des organisations criminelles et des flagrants délits qui constituent leur quotidien, les policiers de « Sur écoute » doivent également composer avec les pressions politiques venant de toutes parts…

Autre évidence, autre porte ouverte à enfoncer, The Wire. Ce qui se fait de mieux dans le genre policier, une ambiance, des personnages, du social, du non-manichéisme, un Omar et un McNulty.

Firefly (1 saison – 2002)

Après une guerre civile qui a permis à l’Union des Planètes de dominer l’espace, le capitaine Malcolm Reynolds et son équipage s’efforcent de survivre à bord du vaisseau Serenity en effectuant diverses missions sans trop se soucier de la légalité.

Une série trop courte, d’un Joss Whedon au top de sa forme qui nous fait suivre une bande de Space Cowboys super-attachants. Entre action, comédie, drame, un équilibre parfait qui a aussi propulsé Nathan Fillion dans ta bibliothèque de GIFs préférés.

Downtown Abbey (6 saisons – 2010)

Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Or, le titre, le domaine et la fortune de la famille sont indissociables. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey. Il y découvre un style de vie nouveau, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs…

Oui, cette série sur une famille de bourges qui vivent dans une baraque beaucoup trop grande pour eux, au début du XIXe siècle, est passionnante. Je sais pas pourquoi.

Stargate SG-1 (10 saisons – 1997)

1 an après les événements du film, la porte des étoiles est ouverte par des aliens qui attaquent les sentinelles. Le haut commande militaire dépêche une équipe vers Abidos, la planète où vit Daniel Jackson. Les extra-terrestres kidnappent la femme de Daniel. Ce dernier et les militaires se lançent à leur poursuite. Ils découvrent que la technologie de la porte des étoiles couvre la galaxie entière et que les aliens – les Goa’uld – sont les ennemis jurés de l’humanité. Le Président des USA décide de constituer des équipes d’explorateurs pour silloner la galaxie. La première d’entre-elles s’appelle SG1…

Ah, oui, là on commence à entrer dans le cerveau et le passé de l’ours. Du personnel, du souvenir de lycéen bien ancré dans mon subconscient. Une mythologie énorme, des héros marrants qui ont du caractère, de l’aventure et du mystère. Une série comme on n’en fait plus. Et putain, c’est quand vous voulez que vous la mettez sur un service de streaming moderne, bande de glands.

Space 2063 (1 saison – 1995)

Nous sommes en 2063. Après 50 ans d’exploration spatiale, la race humaine pense qu’elle est seule dans l’univers. Tout bascule lorsqu’on apprend qu’un avant-poste à 16 années-lumière de la Terre est attaqué par une civilisation extra-terrestre. Dès lors, des nouvelles jeunes recrues du corps des Marines des États-Unis (les cartes gagnantes) sont envoyées dans l’espace pour contrer cette menace. Poussés dans une guerre interstellaire, ces pilotes non expérimentés au combat se trouvent soudainement en première ligne pour protéger la Terre et sauver l’humanité de l’extermination.

On remonte encore plus loin, première série à avoir captivé mon cerveau de collégien, j’emmerdais tout le monde à la maison pour pas louper un épisode (dans une famille nombreuse c’est un exploit). On a là une série de SF qui envoyait du très lourd avec un budget un peu pourri.

Leverage (5 saisons – 2008)

Nathan Ford alias « Nate » a une vie bien tranquille et rangée jusqu’au jour où un grave incident va le bousculer dans sa vie privée et va lui donner envie de combattre les injustices. Il commence par monter une équipe de voleurs et hackers de haute volée. Ensuite, comme des Robins des Bois des temps modernes, ils vont allier leurs forces pour défaire ces injustices et dépouiller les personnes les plus crapuleuses, riches et influentes qui utilisent leur pouvoir et leurs biens pour abuser des autres.

Comme en lecture, j’aime mes séries avec de l’humour, de la bonne humeur, des personnages captivants. Leverage est tout ça. Cette série raconte les aventures d’une bande de malfrats qui décident de se mettre au service des laissés pour compte, les victimes que les riches et les puissants écrasent avec leur gros tas d’oseille. C’est frais, c’est fun, c’est malin. Et Christian Kane casse des gueules.

Chuck (5 saisons – 2007)

Chuck Bartowski, un as de l’informatique chez BuyMore, n’a plus toute sa tête. Mais c’est une bonne nouvelle. En effet, depuis qu’il a involontairement stocké dans son cerveau des informations secrètes du gouvernement, l’action, l’adrénaline ainsi qu’une superbe petite amie agent secret ont fait irruption dans sa vie. Mais la mauvaise nouvelle c’est que maintenant Chuck est en danger 24H/24 et 7j/7…

Autre série à la bonne humeur explosive, Chuck nous raconte les malheurs d’un employé de grand magasin d’électronique qui se voit malencontreusement implanté dans le cerveau tous les secrets de la CIA. Il devient un espion malgré lui, et le spectateur va osciller entre comédie pure et action-espionnage loufoque. De la bonne humeur, toujours.

Supernatural (15 saisons – 2005)

Deux frères, Sam et Dean Winchester, chasseurs de créatures surnaturelles, sillonnent les États-Unis à bord d’une Chevrolet Impala noire de 1967 et enquêtent sur des phénomènes paranormaux (souvent issus du folklore, des superstitions, mythes et légendes urbaines américaines, mais aussi des monstres surnaturels tels que les fantômes, loups-garous, démons, vampires…). Ils espèrent par la même occasion mettre la main sur le démon responsable de la mort de leur mère, vingt ans plus tôt.

Ah, voilà une grosse série au long cours vers laquelle je retourne avec plaisir. Supernatural est de l’urban-fantasy testostéronée mêlant épisodes one-shot et trame générale. Y’a de la baston, une certaine dose d’humour, une mythologie « biblique » qui prend bien. Certes, au bout de 10+ saisons, on a l’impression qu’ils se foutent de plus en plus dans la merde en faisant toujours le mauvais choix, mais faut bien augmenter les enjeux.

Veronica Mars (4 saisons – 2004)

Veronica Mars semble être au premier abord une adolescente ordinaire. En fait, futée et courageuse, la jeune fille s’emploie à résoudre les mystères les plus enfouis que cache la petite communauté de Neptune. Et par la même occasion, elle espère élucider le scandale qui a ruiné la vie de son père…

Sous des allures de série pour ados qui se passe dans un lycée, Veronica Mars est une chouette série d’enquête très bien ficelée qui peut surprendre par les thèmes qu’elle aborde. Les personnages sont extrêmement bien écrits, une vraie révélation.

Killjoys (5 saisons – 2015)

Une équipe de chasseurs de primes – Dutch, John, et D’avin – appelés Killjoys, opérant dans le système planétaire nommé « Quad », a pour mission de chasser et de capturer des criminels. Ils ont juré entre eux de rester neutres lors d’une guerre sanglante de classes sociales qui menace de détruire le Quad.

Encore une série réputée « moyenne » mais que je trouve géniale. De la SF pulp fun, un univers qui captive petit à petit, et des personnages qui prennent pas mal d’épaisseur sur la durée (enfin, pas physiquement hein…). Je veux aller picoler chez Pree.

Bon, évidemment, la série était sur Netflix et a disparu depuis.

Bosch (5 saisons – 2014)

Harry Bosch est un détective aux homicides à Los Angeles. Bien qu’il a été lavé de tout soupçon par les forces de l’ordre, il est toujours en procès, accusé d’avoir tué de sang-froid un potentiel tueur. Malgré cette affaire, qui s’avère médiatique, Harry refuse de s’éloigner de son travail et enquête sur des ossements qui viennent d’être retrouvés.

Et voilà qu’on arrive à la plus récente découverte, adaptation du seul auteur de polar que je suis encore religieusement (Michael Connelly). C’est du niveau de The Wire, avec la précision de l’écriture de Connelly, autant dire que c’est passé tout en haut de mon Top séries.

Bonus : Konjiki No Gash Bell – Zatch Bell (150 épisodes – 2003)

Kiyomaro Takamine (Kiyo Takamine dans la version française de l’anime) est un collégien de 14 ans, surdoué et marginalisé par les élèves de sa classe. Il sèche les cours constamment car il se trouve trop intelligent pour fréquenter les enfants de son âge. Jusqu’au jour de l’apparition dans sa vie de Zatch Bell (Gash Bell en Japonais), un enfant démon amnésique et quelque peu « gamin facétieux » trouvé par son père dans une forêt anglaise et envoyé par ce dernier pour remettre Kiyomaro dans le droit chemin de ses études et de sa vie sociale.

Allez, pour le fun ! J’ai pas mis d’animés, mais sachez que dans une autre vie, je faisais de la traduction dans une team de fansub (eliXire) et que Konjiki No Gash Bell a été la série la plus longue sur laquelle j’ai officié. Un humour absurde, des combats monstrueux et du gros n’importe quoi, je m’étais beaucoup amusé là-dessus.

Surtout n’hésitez pas à vous emparer sauvagement du Tag et faire votre petite tambouille avec ! J’aurai pu vous faire des pâtés sur ReGenesis, Flashpoint, Human Target, My Boys, Burn Notice, White Collar, etc… Mais on va pas y passer l’année non plus 🙂

10 réponses

  1. Pour moi Battlestar- Galactica est la meilleur série space-opéra depuis cosmos 1999 😀
    mais j y ajouterai, qui n’est pas dans ta liste, The expanse passé sur Syfi et dont les droits ont été repris par amazon je crois.
    Kill joy , ou Darkmatter absent aussi de ta liste, sont en dessous bien que sympa à suivre.
    J ai bien accroché aussi a The 100, même si la dernière saison est bof bof

      • non je parlais de Dark matter, passée aussi sur syfi mais arrêté après 3 saisons je crois.
        faut avouer que the Expanse est un poil compliqué au début car on a du mal a faire le lien entre tous les personnages et évènement

  2. ça fait plaisir de voir quelqu’un parler de Space 2063, j’ai beaucoup aimé cette série moi aussi. Pour Downton Abbey, je suis comme toi, j’aime beaucoup mais je ne saurais pas trop expliquer pourquoi. J’ai adoré Stargate, Killjoys pas aimé du tout (même pas fini le pilote), Firefly, jamais accroché non plus, et BSG, j’ai aimé, à part la fin mystico-religieuse complètement barrée. Le reste, je connais de réputation mais pas vu.

  3. Très sympa ce tag faudra que je le pique :3 même si hormis Chuck et supernatural, on n’a pas trop les mêmes goûts j’aurai bien aimé voir ta sélection d’animes, c’est génial d’avoir donné dans le fansub o/ en grosse consommatrice de mangas vostfr, je te dis merci !

  4. J’ajouterais Babylon 5 et dans un genre différent À la Maison Blanche. Parce que je suis vieux.
    Jamais entendu parler de Space 2063 mais en 1995 je vivais à 300km de la télévision la plus proche.
    Je vais chercher parce que maintenant j’ai envie de voir cette série.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.