You are currently viewing Le radar de l’ours, Septembre 2022

Le radar de l’ours, Septembre 2022

Les rafales de la rentrée continuent en Septembre avec une belle dizaine de sorties repérées ce mois-ci, on aura pas le temps de s’ennuyer ! Enfin, comme si on avait le temps de s’ennuyer d’habitude, hahaha… ha… Voici donc tout ce que j’ai repéré pour ce beau mois qui vient.

VF

14 Septembre – Robin Page 1 : Apprivoiser les démons, niveau débutant, Annette Marie

Bookmark nous régale avec Tori Dawson, la saga d’Annette Marie qui en est déjà au tome 4 en VF. La traductrice devait s’ennuyer un petit peu parce qu’un bouquin tous les 6 mois c’est tranquille, les doigts dans le nez, alors pourquoi pas intercaler un spin-off dans le rythme de parution ? Alleeeeez ! Voici donc le premier tome de Robin Page, héroïne qui nous a été dévoilée dans Magie démoniaque et Martini. Ça promet !

Résumé :

Toute sa vie, Robin s’est tenue à l’écart du monde magique… jusqu’à ce qu’elle tombe sur le démon le plus meurtrier de l’univers dans la cave de son oncle…

Règle numéro un : ne pas regarder le démon.
Quand je suis me suis installée chez mon oncle, je m’attendais à ce que lui et sa famille soient comme moi : des enchanteurs marginaux qui ne pratiquent pas la magie. J’avais raison pour la partie enchanteurs, mais tort sur tout le reste.

Règle numéro deux : ne pas écouter le démon.
Mon oncle a choisi un pouvoir bien plus létal. Il invoque des créatures de l’ombre dans notre monde, les force à accepter un contrat de servitude et les vend au plus offrant. Et je suis censée faire comme si je ne savais pas que c’est illégal et terriblement dangereux.

Règle numéro trois : ne pas parler au démon.
Tout ce que j’avais à faire, c’était de ne pas m’en mêler. Faire comme si je n’avais pas trouvé le cercle d’invocation au sous-sol. Comme si je n’avais pas remarqué la sombre créature qui y est captive. Comme si je n’avais pas désobéi aux règles.

Mais j’ai désobéi, et maintenant, c’est trop tard.

Couverture : Annette Ahner
Traduction : Viviane Faure
Éditeur : Bookmark (Collection Infinity)
Nombre de pages : 296
Prix : 19€ (broché) / 7,99€ (numérique)

15 Septembre – Un psaume pour les recyclés sauvages, Becky Chambers

Si vous trainez dans les milieux SF-isant de l’internet, vous avez sûrement entendu parler (ou chanter, ou hurler) de Becky Chambers. Je n’ai lu que L’espace d’un an de cette autrice, mais c’est pas pour autant que je boude mon plaisir, c’est juste que j’attends les éditions collector à venir pour poursuivre la saga ! Mais avant ça nous aurons l’honneur de découvrir sa nouvelle série en France grâce à L’atalante. Un psaume pour les recyclés sauvages est le premier tome d’Histoires de moines et de robots, ma théière et mon plaid sont prêts.

Résumé :

Voilà des siècles, les robots de Panga ont accédé à la conscience et lâché leurs outils ; voilà des siècles, ils sont partis ensemble dans la forêt, et nul ne les a jamais revus ; voilà des siècles qu’ils se sont fondus dans les mythes de l’humanité.

Un jour, la vie de Dex, moine de thé, est bouleversée par l’arrivée d’un robot qui, fidèle à une très vieille promesse, vient prendre des nouvelles. Il a une question à poser, et ne rejoindra les siens qu’une fois satisfait de la réponse.

La question : « De quoi les gens ont-ils besoin ? »
Mais la réponse dépend de la personne à qui on parle et de comment on pose la question.

Couverture : Feifei Ruan
Traduction : Marie Surgers
Éditeur : L’atalante
Nombre de pages : 136
Prix : 12,90€ (broché) / 6,99€ (numérique)

16 Septembre – Le temps du Teuz et autres nouvelles, Morgan of Glencoe

Le temps du Teuz est un recueil de nouvelles se déroulant dans l’univers de La dernière geste de Morgan of Glencoe. C’est (très) grosso modo un ensemble d’anecdotes de Noël des protagonistes de la saga à travers les années, l’éditeur avait déjà sorti ça au format numérique et je l’avais chroniqué ! Mais cette version-ci sera au format papier, avec une nouvelle couverture, quelques histoires inédites et même de la musique dedans ! Donc oui, je vais le racheter, bien sûr, évidemment. Parce que c’était beaucoup trop bien.

Résumé :

Dans le monde de La Dernière geste, on offre lors du solstice d’hiver des cadeaux en toute discrétion. Seul un indice laissé opportunément permet de découvrir qui en est l’auteur. Une manière de faire qui provoque des grands moments de complicités, d’amitiés, d’amour… et de drame !

Avec le Temps du Teuz et autres nouvelles, rentrez dans l’univers de Morgan Of Glencoe, l’autrice de Dans l’Ombre de Paris, L’Héritage du Rail et Ordalie, une série entre uchronie, féérie et steampunk qui a reçu les prix Elbakin.net, Vampires & Sorcières et Bookenstock.

Couverture : Zariel
Éditeur : ActuSF
Nombre de pages : 350
Prix : 19,90€ (broché)

21 Septembre – Un bon indien est un indien mort, Stephen Graham Jones

Ah voilà une sélection étrange pour un Ours inculte, non ? Un bon indien est un indien mort a déjà fait beaucoup de bruit lors de sa sortie en VO et le voir débarquer en VF avec une zolie couverture a réveillé ma curiosité. J’en sais pas grand chose à part le pitch minimaliste ci-dessous, que c’est de l’horreur ou du thriller, je sais pas si y’a une part de fantastique dedans, mais on va y aller comme ça, ça nous changera de la fantasy et renouera avec un genre qui a bercé mon adolescence. Puis avec un titre pareil, on a déjà des mésaventures rigolotes.

Résumé :

Quatre amis d’enfance ayant grandi dans la même réserve amérindienne du Montana sont hantés par les visions d’un fantôme, celui d’un élan femelle dont ils ont massacré le troupeau lors d’une partie de chasse illégale dix ans auparavant.

Couverture : Kaiwan Shaban
Traduction : Jean Esch
Éditeur : Rivages/Noir
Nombre de pages : 352
Prix : 23€ (broché) / 16,99€ (numérique)

23 Septembre – Les poudremages 2 : La campagne écarlate, Brian McClellan

Et oui, c’est déjà l’arrivée du tome 2 des Poudremages chez Leha, ils tiennent le rythme ! J’ai déjà chroniqué le bouquin dans sa version originale, donc vous pouvez lire mon avis. Ou si vous vous posez la question : Oui c’est bien.

Résumé (du tome 1 pour pas spoil, et parce que j’ai pas la VF du 2 de toutes façons) :

Il n’est pas facile de renverser un roi. Pourtant, le coup d’état fomenté par le maréchal Tamas a envoyé les nobles à la guillotine et sauvé le peuple d’Adro de la famine. Mais le plus dur est à venir, il le sait. Sa prise de pouvoir a ravivé les conflits entre les Neuf Nations, en particulier avec ses puissants voisins, les Kezs, privés de juteux accords commerciaux et qui sont sur le point d’envahir Adro.
Assiégé de l’extérieur, menacé par des royalistes fanatiques, obligé de composer avec l’Église, une armée de mercenaires et le puissant syndicat des travailleurs d’Adro, traqué par de puissants mages et trahi par de proches alliés, Tamas est cerné par les complots. Il ne peut compter que sur son instinct, quelques fidèles, les derniers poudremages de sa cabale dont Taniel – un tireur d’élite qui est également son fils – et Adamat, un enquêteur hors pair mais lui-même la cible de mystérieux ennemis.
Lorsque des prophéties immémoriales de mort et de destruction, de dieux s’éveillant pour marcher parmi les hommes menacent à leur tour de devenir réalité, comment ne pas craindre le pire ?

Couverture : Gene Mollica Studio, Michael Frost
Traduction : Thomas Bauduret
Éditeur : Leha
Nombre de pages : pavé
Prix : 25€ (broché)

23 Septembre – Metalya entre les mondes, Patrick Moran

Oui, j’ai La crécerelle dans ma PAL depuis des mois/années, non je l’ai pas encore lu, mais Patrick Moran sort un nouveau bouquin dans un nouvel univers qui a l’air tout cool. Metalya évoque de l’urban-fantasy dans un cadre « Californie du cinéma des années 80 », la couverture de Lazare Gvimradze est super-funky, ça donne envie de plonger là-dedans !

Résumé :

Métalya est l’une des nombreuses pacificatrices de la cité de Tal Emmerak. Son boulot, c’est des enquêtes, si possibles pas trop compliquées, et bien payées, ce qui, dans un cas comme dans l’autre, n’arrive pas souvent.
Lorsqu’un riche client la contacte pour lui demander de retrouver sa femme disparue, Métalya accepte, appâtée par l’argent. La pacificatrice découvre rapidement que cette femme a en fait été assassinée or, elle était également une scientifique de renom qui travaillait pour l’Institut Voqer-naag dans un département, et plus précisément pour ses nouvelles sciences qu’autrefois on appelait « magie ».
Bien vite, tout semble se liguer contre Métalya pour l’empêcher de poursuivre son enquête. Armée de quelques éclats, ces petits objets qui contiennent des effets capables d’influer sur la réalité, de son livre fétiche et accompagnée de Monsieur Octopode, le poulpe qui parle, elle va braver tous les obstacles que l’on va mettre sur son chemin et découvrir la vérité entre les mondes.

Couverture : Lazare Gvimradze
Éditeur : Mnémos
Nombre de pages : 275
Prix : 20€ (broché) / 9,99€ (numérique)

28 Septembre – Unity, Elly Bangs

AH, QU’EST-CE QUE C’EST ?! DE LA SF ??? Vous écriez-vous derrière votre écran en lisant ce titre. Oui, Albin Mich-mich Imaginaire traduit Unity de Elly Bangs, et je suis curieux. Et l’ami Apophis n’y est pas pour rien, sa conclusion m’intrigue fort beaucoup.

Résumé :

Danae est unique. Danae est multiple.

Dotée de l’apparence d’une jeune femme de trente ans, elle existe depuis soixante-dix ans et abrite en elle des expériences humaines encore plus anciennes. C’est son secret et elle le doit à un implant d’une technologie incroyablement avancée.

Parce qu’elle doit se rendre à Redhill pour l’équinoxe et que ce rendez-vous conditionne sa survie, Danae fuit la cité sous-marine de Bloom City, une ville au bord de l’implosion. Accompagnée de son amant Naoto et d’un mercenaire, Alexei, qui fut enfant-soldat, elle va tenter d’échapper définitivement à ceux qui la traquent. Des ennemis énigmatiques et puissants qui cherchent à tout prix à s’emparer de son secret.

Danae n’a jamais été aussi proche de l’extinction. Et pourtant, elle incarne le plus bel espoir de l’humanité…

Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Albin Michel Imaginaire
Nombre de pages : 368
Prix : 21,90€ (broché)

28 Septembre – Les flibustiers de la mer chimique, Marguerite Imbert

AH, QU’EST-CE QUE C’EST ?! DE LA SF ??? Vous écriez-vous… Ah non merde, je viens de la faire celle-là… Décidément, c’est n’importe quoi ce mois de Septembre. Deux bouquins de SF qui sortent le même jour, chez le même éditeur, et qui m’intriguent ? Mais regardez un peu cette couverture ! Lisez ce titre ! Et ce pitch ! C’est super tentant non ?

Résumé :

Tout commence par un naufrage, aussi figuré que littéral. Ismaël, naturaliste de Rome, agonise sur un radeau de fortune au beau milieu de la mer chimique quand il est repêché par le Player Killer, un sous-marin capable de naviguer dans les courants acides, machine-témoin d’une technologie à laquelle plus personne ne comprend rien. A la tête de l’engin : Jonathan, flibustier et excentrique despote. Ce capitaine hésite ; doit-il livrer Ismaël aux ennemis de Rome ou le garder pour lui ? Le savant a-t-il une quelconque valeur ?

Sur la terre ferme, la solitude n’a pas réussi à Alba. Graffeuse omnisciente, elle a peut-être tendance à confondre les dates et les noms. Elle est pourtant choisie pour incarner la mémoire des survivants. Dans une Rome assiégée par la Méditerranée, elle apprend que le futur n’est pas tendre avec ceux qui ont la langue trop bien pendue et que certains secrets peuvent s’avérer mortels.

Et si, séparés par des milliers de kilomètres, ignorant tout l’un de l’autre, Ismaël et Alba cherchaient à percer la même énigme ?

Couverture : Sparth
Éditeur : Albin Michel Imaginaire
Nombre de pages : 464
Prix : 22,90€ (broché)

29 Septembre – L’épée, la famine et la peste Tome 1, Aurélie Wellenstein

Ça fait des plombes que je dois tenter une lecture d’Aurélie Wellenstein, à chaque sortie je me dis « ça a l’air super ça ! » Et évidemment j’ai toujours rien lu de l’autrice, comme tant d’autres… Mais allez, promis, cette fois c’est la bonne, je lirai du Aurélie Wellenstein ! Et pourquoi pas avec celui-ci ?

Résumé :

Depuis un demi-siècle, le royaume de Comhghall s’enfonce dans un âge sombre : les monstres pullulent, des villages entiers disparaissent dans les toiles d’araignées, et les tarentas tissent dans l’esprit des hommes, les condamnant à s’étioler dans la mélancolie et les idées noires.

Trois êtres brisés deviennent la cible d’une population aux abois. Un garçon possédé par l’esprit d’un loup, une jeune fille soupçonnée d’avoir les pouvoirs d’une araignée, un ancien soldat qui a tout perdu, persuadé que son fils vit dans l’œil d’un cerf…

Pourchassés par le chef de l’Inquisition et son archère, ils vont devoir s’allier pour survivre. Mais sont-ils des bouc-émissaires ou, au contraire, trois redoutables fléaux qui porteront le coup de grâce à ce monde agonisant ?

Couverture : Aurélien Police
Éditeur : Scrineo
Nombre de pages : 416
Prix : 21€ (broché) / 9,99€ (numérique)

VO

1 Septembre – The children of gods and fighting men, Shauna Lawless

Seulement une sortie VO pour ce mois-ci, mais qui est très alléchante. Shauna Lawless nous propose avec The children of gods and fighting men un mélange d’histoire et de mythologie qui se passe dans notre monde (donc est-ce de la fantasy ? Vous avez quatre heures, je ramasse les copies à la sonnerie). Ça m’évoque un peu Northern Wrath dans un cadre celtique Irlandais, donc ouais, à fond, je veux.

Résumé :

981 AD. The Viking King of Dublin is dead. His young widow, Gormflaith, has ambitions for her son – and herself – but Ireland is a dangerous place and kings tend not to stay kings for long. Gormflaith also has a secret. She is one of the Fomorians, an immortal race who can do fire-magic. She has kept her powers hidden at all costs, for there are other immortals in this world – like the Tuatha Dé Danann, a race of warriors who are sworn to kill Fomorians.
Fódla is one of the Tuatha Dé Danann with the gift of healing. Her kind dwell hidden in a fortress, forbidden to live amongst the mortals. Fódla agrees to help her kin by going to spy on Brian Boru, a powerful man who aims to be High King of Ireland. She finds a land on the brink of war – a war she is desperate to stop. However, preventing the loss of mortal lives is not easy with Ireland in turmoil and the Fomorians now on the rise…

Couverture : Micaela Alcaino
Éditeur : Head of Zeus
Nombre de pages : 448
Prix : 20£ (relié) / 14,99£ (broché) / 4,99£ (numérique)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 9 commentaires

  1. OmbreBones

    Beaucoup trop de sorties intéressantes TT
    Et je découvre du coup que les ours ont des plaids et des théières. C’est fou le confort de la vie sauvage.

      1. OmbreBones

        Incroyable ! En fait tu appartiens à l’élite des ursidés.

  2. Apophis

    Et je suis notoirement difficile à émouvoir 😉

  3. Oui, trop de sorties d’un coup. Surtout quand elles m’intéressent. Mais c’est habituel à cette période. Par contre, les arbitrages vont être difficiles pour quelqu’un comme moi qui ne lit pas des dizaines de livres par mois…

  4. Arkham

    Je dois dire que, pour une rare fois, la couv’ VF de Unity enterre la couv’ VO. Mais c’est vrai que de ce coté AMI mets la barre très haut !
    Le Aurélie Wellenstein et le tome 2 des poudremages me tentent bien aussi.
    Le fond de ma PAL me parait si loin …

    1. Ça existe, le fond de la PAL ? Je croyais que c’était une légende…

  5. Shaya

    Ici surtout noté les deux AMI,le Becky Chambers, on verra 🙂