Destiny 2, la lumière dans la tourmente

Quand Destiny est sorti en 2014, je l’ai complètement zappé. Imaginez bien que pour un joueur solo qui aime les univers et les scénario bien ficelés, le jeu de Bungie qui se présentait comme un MMO FPS à loot, c’était carrément l’opposé de mon trip habituel. Mais comme je fais un article sur Destiny 2 aujourd’hui, il a du se passer quelque chose…

Ce quelque chose c’est la démo gratuite qui est disponible sur le playstation store, qui permet de jouer aux premières heures du jeu. Dans un moment de « je sais pas à quoi jouer », j’ai téléchargé le bousin, je me suis lancé dans l’aventure et j’ai quand même pris mon pied. Comme je comprenais pas grand chose à l’univers j’ai commandé le premier épisode (trouvable à pas cher avec toutes ses extensions) pour me mettre à jour dans les règles : L’univers de Destiny est un délire SF light qui tire d’ailleurs plutôt dans la Science Fantasy avec des éléments de magie et des code médiévaux. On nous présente un futur où l’humanité à connu une évolution soudaine grâce à l’apparition du Voyageur, une espèce de grosse bouboule blanche ayant accompagné notre civilisation dans ses progrès. Cette entité a également réveillé chez certaines personnes une forme de magie appelée la Lumière, qui leur donne certains pouvoirs et surtout les rend immortels.

Ce second opus nous met dans la peau d’un de ces « gardiens » alors qu’un gros bad guy nommé Ghaul débarque avec son armée pour piquer le Voyageur et extraire son pouvoir par la force. Dans la manœuvre, tous les gardiens perdent leur Lumière et c’est la grosse panique ! C’est le début d’une aventure pour retrouver vos pouvoirs et reprendre la cité conquise. Comme dans le premier épisode, le joueur va se promener sur plusieurs grandes zones réparties dans le système solaire et flinguer de l’alien à tout-va dans la joie et la bonne humeur. On (re)découvrira la galerie de personnages secondaires bien sympa composée de Cayde-6, Zavala, Ikora et leurs copains qui vont nous accompagner avec leurs dialogues légers et leurs petites blagues.

Le joueur incarne son gardien ou sa gardienne grâce à une base de gameplay FPS classique mais très solide. C’est peut-être le jeu de tir le plus agréable à jouer que j’ai jamais eu entre les mains, dans les sensations, le dynamisme, l’impact, on sent que le studio déjà à l’origine de la série Halo a bien optimisé le savoir-faire qu’ils ont acquis toutes ces années avec le Master Chief. Ils ont emballé tout ça dans une progression classique de RPG-looter à la Diablo (ou Borderlands) avec des pièces d’équipements et des armes à ramasser au fur et à mesure, de plus en plus puissantes et de plus en plus rares. Et évidemment l’aspect multi-joueurs qui permet de jouer avec des copains ou des inconnus pour certaines missions coop’.

En tant qu’asocial chronique, j’ai tendance à jouer tout seul mais certaines missions imposent de trouver des copains ou de faire un vieux matchmaking pour aller dérouiller du méchant en plus grand nombre. Même ces phases m’ont plu parce que ça crée un joyeux bordel en général, y’a des ennemis plus gros, plus nombreux et avec les autres joueurs ça fait un gros feu d’artifice de n’importe quoi assez jouissif. Destiny (le 1 d’abord et le 2 ensuite) est devenu un peu mon jeu « pas prise de tête » pour s’amuser, se détendre avec un gameplay réglé au poil de cul d’ours dans un univers cool. Il y a beaucoup de contenu dans le jeu, entre les missions principales, les aventures, les évènements épiques, puis plus tard les patrouilles, les assauts, etc… Y’a de quoi vous occuper !

Je regrette que Bungie n’arrive pas à développer une trame scénaristique plus prenante que ça, on sent qu’ils cherchent toujours un peu comment foutre au milieu de leur jeu un élan épique sur la durée. Oh, y’a bien quelques moments d’envolée grandiose (cette dernière mission du scénario principal marche vraiment bien) mais on peux retomber ensuite dans des missions plus plan-plan, avec le pitit robot qui dit des blagues et des objectifs à base de « allez là-bas récupérer la boite avec des trucs dedans ». Sans ce défaut majeur, Destiny 2 serait un chef-d’œuvre de mon point de vue, mais il arrive tout de même à assoir son univers sur la durée, je me suis vraiment attaché à cette mythologie, ces personnages et surtout cette ambiance unique de space opera fantasy coloré.

Il y a une vraie touche visuelle qui nous dépayse, nous fait voyager. On visite des planètes aux ambiances différentes, aux lumières travaillées. Mais le truc le plus marquant est sans doute cette BO de fou furieux, ces thèmes épiques qui restent en tête après les missions les plus importantes, ou ces morceaux plus posés qui créent une ambiance exceptionnelle. J’écoute régulièrement l’album en bossant, c’est clairement une des meilleurs bande originale de jeu vidéo pour moi.

On a encore un jeu qui a énervé internet alors que moi je m’amuse beaucoup dessus (c’est l’année des enragés, après Mass Effect Andromeda), si vous cherchez des avis de joueurs sur le net, vous aurez beaucoup de chances de tomber directement sur un « I hate Destiny 2 » ou « Bungie is shit », ce genre de joyeusetés. Vous pouvez vous amuser à lire les commentaires sous chaque tweet du studio pour vous en rendre compte : Une certaine partie de la communauté a sorti les fourches, les insultes et les menaces. Outre le fait que ceux qui ouvrent leur gueule de cette manière devraient peut-être apprendre comment on parle à un être humain dans la vraie vie, ces déceptions concernent pour la plupart les joueurs qui ont essoré le jeu, genre retourné toutes les quêtes, « maxé » toutes les classes et obtenu les meilleurs équipements. Ces gens-là s’ennuient une fois arrivé à la partie « endgame » du jeu, ils ne voient plus d’intérêt à squatter le jeu une fois ce niveau atteint. Mais franchement, avant d’en arriver là y’a énormément à faire. J’ai déjà passé des dizaines d’heures sur Destiny 1 et 2, et si au bout de cent heures de plus je commence à m’ennuyer, ben je passerai à autre chose mais je remercierai encore les développeurs pour ces heures de plaisir de jeu déjà passées.

Destiny 2 est un FPS connecté vraiment fun, au gameplay quasi-parfait qui peut se jouer en lonesome cowboy ou à plusieurs, c’est un plaisir de jeu immédiat, une expérience solide à laquelle il ne manque qu’une narration vraiment poussée pour atteindre son plein potentiel. En attendant, on s’amuse beaucoup, on en prend plein les yeux et les oreilles, et c’est déjà pas mal.

4 réponses

  1. Haha, j’y joue justement actuellement sur la ps4 de mon copain 😛
    (et donc sur son compte, mais ça c’est pas très important)

    J’avoue que je suis aussi une totale asociale dessus et qu’en plus je viens de commencer le jeu (pour te dire, je suis passé level 20 il y a seulement 3h de jeu) du coup je suis encore en mode découverte et j’évite totalement tout jeu de groupe xD (c’est encore possible à mon niveau)
    Mais je vais devoir me bouger un peu pour la suite, j’avoue que pour l’instant je suis du genre à jour 1 mission et à couper (genre 30 minutes max) donc par toutes petites sessions.

    Mais j’aime bien le jeu, l’univers, je n’ai pas joué au 1 non plus d’ailleurs.

    • J’ai recommencé à partir du 1 après avoir aimé la démo du 2 pour avoir le background complet, avec toutes les extensions il se trouve à 15 balles ça vaut le coup. J’ai tout fait avant d’attaquer le suivant.

      Sur le 2 j’ai fini la quête principale et comme j’ai l’extension je suis au level 25, je me balade en faisant les activités pour looter et augmenter ma lumière (je crois que je suis à 280 là) et j’ai commencé la quête principale de curse of osiris.

  2. Il m’a l’air bien sympa! Je ne connais pas cette saga n’ayant jamais joué au 1… J’ai tellement de retard sur les jeux maintenant (même pas test Andromeda encore)

    J’ai cru comprendre que son premier add-on s’était fait descendre surtout?

    • En fait c’est le suivi à long terme qui se fait surtout descendre, et l’add-on s’est retrouvé au milieu.

      Cette première extension (La malédiction d’osiris) est un peu décevante quand même, ça ajoute du contenu et c’est fun, mais la quête principale enchaine des missions où on revient dans le même environnement en boucle, une espèce de matrice qui grandit au fur et à mesure que t’avances, du coup c’est un peu répétitif. Mais ça ajoute des éléments sympas à l’univers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.