The Dresden Files 2 : Fool Moon, Faim de loup

Bon je vais passer à la VO plus tôt que prévu pour The dresden files, mais ça c’est parce qu’Orbit a sorti un coffret pour les 20 ans de la série avec les 5 premiers tomes dans un fort joli format, et l’ours est matérialiste, c’est connu. Non, y’a pas d’autre raison, pourquoi ça ?

Quelques mois après les évènements du premier roman, notre super magicien galère pour trouver du boulot, et même pour manger un peu, notamment parce que sa commanditaire habituelle au sein de la police lui fait un peu la gueule. Fort heureusement pour lui, des meurtres atroces sont commis à Chicago et Murphy est bien obligée de l’appeler à l’aide, d’autant plus que le FBI cherche manifestement à la mettre sur la touche. Oui, les meurtres atroces c’est horrible, mais les affaires reprennent, youpiiii ! Qu’est-ce qu’on a donc ? Des gens déchiquetés ? Des marques de morsures ? Toujours en période de pleine lune ? Et oui, Harry Dresden va se retrouver dans une affaire de loup-garous, mais c’est un peu plus compliqué que ça…

Le loup-garou dans une série d’urban fantasy peut sembler un passage obligé, et un peu bateau, mais Jim Butcher le fait plutôt bien. L’affaire garde quelques surprises sous le coude pour arriver à une intrigue assez satisfaisante, avec quelques personnages secondaires bien campés, des gentils, des méchants, des gentils méchants et des méchants gentils. On a ainsi plusieurs « types » de bestioles-garou et les connaissances glanées par Dresden seront la clé de l’énigme. On lève le pied sur le côté « cliché de roman noir » mais le sel de cette série est encore une fois cette voix, la narration à la première personne pleine de caractère, de personnalité. Y’a un équilibre très satisfaisant chez ce protagoniste, de l’humour, un peu de bad-assitude, un peu de doute, de fragilité, un mélange de compétence et de maladresse qui fait qu’avec les meilleures intentions du monde il peut provoquer des drames. On solidifie un peu son univers et son entourage même si le Conseil est moins présent, on a quelques petits biscuits à se mettre sous la dent sur l’héritage de Harry.

On a une grosse part d’action et de suspense extrêmement bien gérés par Butcher. Face à des ennemis un peu hors-catégorie, il y a des scènes de baston dantesques où l’équilibre des forces reste crédible, Harry se planque assez souvent, reste paralysé plus d’une fois, et il n’est pas le seul élément décisif de cette affaire. L’attaque du commissariat reste évidemment en mémoire par sa violence et son impact sur le reste de l’intrigue, elle pose les bases du rapport de force complètement démesuré et installe des enjeux de manière trèèèèès efficace.

L’autre pivot de ce second tome est la relation entre Harry Dresden et Karrin Murphy. La confiance fortement mise à mal en début de tome va se retrouver remise en question et relancée à plusieurs reprises. Le mage ne peut pas lui livrer tous ses secrets mais son ignorance pourrait la mettre en danger, donc que faire ? Sauf que Murphy est pas née de la dernière pluie, et elle sait bien que Dresden la mène en bateau, et ça donne des aller-retours bien houleux à travers toute l’histoire, jusqu’à une scène finale à la fois impactante et symboliquement forte qui nous montre tout le paradoxe de leur relation. J’ai hâte de voir où ce duo va mener les lecteurs.

Encore une fois, The Dresden Files apparait comme une série d’Urban Fantasy assez classique mais au ton très plaisant, avec des personnages attachants et un univers très solide qui progresse et happe le lecteur. C’est une lecture divertissante et satisfaisante, j’en redemande. A très bientôt pour le tome 3 !

Lire aussi l’avis de : Phooka (Book en stock), Alfaric (Les portes du multivers), Sia (Encres et calames),

2 réponses

Répondre à Lianne - De livres en livres Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.