Druide, La forêt endormie

Oliver Peru est un auteur multi-fonction dans le monde de la fiction française. Scénariste de (plein de) BDs, romancier, story-boarder, illustrateur quand il s’ennuie, le monsieur doit pas beaucoup dormir. Je ne suis pas très client des BDs de fantasy de chez Soleil, donc je n’ai jamais eu le plaisir de lire ses productions de ce côté-là, mais comme ses romans ont très bonne réputation je me suis penché sur son premier bouquin solo : Druide.

Les plus fins limiers l’ont peut-être deviné, Druide nous raconte les aventures d’un druide. Obrigan et un représentant du clan des loups, il est envoyé par son peuple à la forteresse de Wishneight où une tuerie a eu lieu : 49 soldats ont été sauvagement massacrés, dans le genre grosse boucherie, intestins qui pendouillent et morceaux qui volent. Le roi du coin y voit un coupable tout trouvé, le monarque du pays d’en face, il a l’armée qui le démange et voudrait bien aller s’expliquer avec son rival sur le champ de bataille. Mais Obrigan, persuadé qu’une autre force est à l’œuvre, essaye de calmer les esprits et cherche le vrai coupable. Avec ses deux apprentis, il va mener l’enquête sur les traces de ces tueurs à la sauvagerie inimaginable.

 L’histoire démarre donc comme une enquête policière dans un contexte fantasy à l’occidentale assez classique. Le héros est propulsé dans un imbroglio politique et doit se débrouiller pour mener son enquête alors que tout le monde a déjà désigné le coupable qui l’arrange. Pour éviter la guerre, Obrigan devra convaincre les pays du Rahimir et du Sonrygar de ne pas se sauter à la gorge. La haine qui oppose les deux nations est très bien expliquée, les deux familles royales ont un passé qui les dresse l’un contre l’autre au-delà de toute raison, sans pour autant qu’un côté soit « méchant » et l’autre « gentil ». Cette construction est vraiment intéressante sans partir dans la complexité de romans plus politiques, ce que j’apprécie, gloire à la simplicité.

druide_olivier_peruAu-delà de cette opposition, on découvrira aussi tout l’univers des druides qui vivent dans une forêt sacrée interdite au reste des hommes. On apprendra donc comment fonctionne leur société avec ses 4 clans aux règles très strictes. C’est construit avec soin mais ne surprend jamais vraiment, on est dans la fantasy vraiment classique et l’univers ne réussit jamais à prendre une vraie identité. C’est rigolo parce que ça me fait le même effet que les BDs de chez Soleil, de la fantasy très générique et des poncifs recyclés sans réelle innovation de contenu ou de ton. Pourtant, Oliver Peru arrive vraiment à créer une atmosphère sympa dans ce monde, il prend son temps et met en place des mystères au milieu de ces forêts.

Pourtant, on peut tout à fait créer un univers « classique » mais réussir à captiver le lecteur quand même, beaucoup le font extrêmement bien. Mais j’ai mis beaucoup de temps à lire ce roman parce que je ne me suis jamais vraiment laissé emporté par son histoire. Au-delà de son rythme très lent, ce sont les personnages qui m’ont empêché de me plonger dans Druide. Je n’ai trouvé aucun héros assez travaillé ni profond pour m’embarquer avec lui. Obrigan, Arkantia, Tobias ou encore Kesher me sont apparus bien fades, ils manquent vraiment de caractère et je ne me suis attaché à personne, sans parler de leur côté fataliste limite pleurnichard.

L’utilisation de la magie naturelle par les druides n’est jamais vraiment expliquée, le plus souvent c’est « il puise dans sa magie et fait des trucs » sans en approfondir le fonctionnement, les limites ou les possibilités. Sans taper dans du Sanderson, j’aurai aimé quelque chose d’un peu plus fouillé. Le côté enquête policière est également très léger, voire absent. Dans toute la première partie les personnages se contentent de courir partout sans rien comprendre, ils passent la première moitié du livre à tourner en rond jusqu’à ce que les coupables se montrent de leur plein gré. Y’a quelques autres trucs qui m’ont paru un peu faciles, ce héros qui se rappelle comme par magie qu’en fait il savait déjà tout, c’est juste qu’il avait oublié et que là, paf, ça vient de lui revenir.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas été emporté par ce roman qui se traine pourtant une réputation très positive. Oliver Peru est un auteur français apprécié par le public, Druide est très bien noté sur la majorité des sites où il est chroniqué donc vous pouvez tenter le coup mais personnellement je vais attendre un peu avant de lire Martyrs.

Lire aussi l’avis de : Blackwolf (Blog O Livre), Joyeux-drille (Appuyez sur la touche lecture), Amaruel (Les tribulations d’amarüel)Phooka (Book en stock), Ptitetrolle (Lectures Trollesques),

9 réponses

  1. Merci pour ta critique, car au vu des retours très positifs, j’étais moi aussi très tenté, mais grâce à toi je me rends compte que ça va être beaucoup trop léger pour moi sur de multiples plans.

  2. Bonjour

    J’ai lu ce livre il y a quelques mois et comme toi, j’ai quand même trouvé que les personnages manquait un peu de profondeur et que l’histoire était peut-être un peu trop dense (les 3 semaines de l’intrigue ont facilement compté double …).

    Au final, l’écriture m’a plu, la thématique m’a plu mais je ne suis pas rentré dedans (en tout cas pas dans un bon Gemmel !).

    Cordialement

  3. J’ai bien aimé cette lecture. Et j’aime bien comme tu racontes cette aventure 😀 je l’avais trouvé un peu long pour ma part, mais chouette pour de la fantasy 😡

  4. Je viens d’en finir la lecture, et j’ai dû un peu me forcer un peu pour le finir.
    Je rejoins ton avis dans sa globalité… Le plus attachant fut peut-être encore Jarekson (orthographe approximative…), le prince du Rahimir.
    Juste un détail en désaccord, les derniers chapitres expliquent l’origine de leur « magie ». Cela fait partie des révélations de la fin. Les possibilités magiques, à la diversité assez limité d’ailleurs, sont passées en revue également.

    J’attaque le Puit des mémoires. Faut que je vois si tu l’as déjà noté. 🙂

Laisser un commentaire