Ceux qui tombent, Bosch a la grande forme

 Héros fétiche de Michael Connelly depuis plus de vingt ans, et maintenant adapté en série télé, Harry Bosch s’impose comme un petit monument du polar moderne. Ceux qui tombent, paru en 2014, plonge son héros vieillissant dans une enquête qui ne sera pas de tout repos.

thedroppocheHarry travaille toujours au service des affaires non résolues (les fameux « cold cases »), et se voit assigné le dossier d’une jeune femme violée et tuée en 1989 dont une preuve ADN vient de donner une correspondance. Seul détail, le coupable désigné par l’analyse avait 8 ans à l’époque des faits. Que s’est-il passe ? Le labo a merdé ? Le petit était très précoce ? L’enquêteur aura à peine le temps de lire le dossier qu’il est appelé en urgence : Le fils d’Irvin Irving, conseiller municipal et ennemi bureaucratique d’Harry et du service de police en général, vient de mourir écrabouillé en tombant du 7e étage d’un hôtel et le politicien insiste pour que son Némésis prenne l’affaire en laissant tomber tout le reste. C’est mal connaitre Bosch, il ne laisserait pas un dossier moisir dans un coin pour des pressions politiques donc le bonhomme va jongler entre les deux enquêtes en esquivant la hiérarchie comme un pro.

L’affaire Irving constitue un puzzle bien complexe et très satisfaisant pour le lecteur, le héros va aller au-delà des apparences pour savoir ce qui s’est réellement passé dans cette chambre d’hôtel : Suicide, Meurtre ou simplement une chute accidentelle ? Les indices sont rares, les témoins bien cachés, mais Harry a du flair. Mais il ne laisse pas son Cold Case de côté pour autant, dans les petits creux de son emploi du temps il va plonger dans l’univers des repris de justice pour retrouver la trace du coupable. Bosch sera confronté à ses propres réflexes moraux face à Hannah, psychologue aidant les anciens délinquants sexuels à s’intégrer après leurs peines de prison.

Les deux affaires se mêlent extrêmement bien, on ne perd jamais le fil de l’une ni de l’autre et ça donne au roman un rythme effréné. Aucun temps mort. Les révélations et les fausses pistes se succèdent, il est très dur de lâcher ce bouquin, je l’ai fini en moins de deux jours. La partition est quasiment parfaite, Michael Connelly connait son affaire. Mais au-delà des enquêtes policières, l’auteur creuse encore un peu plus le background de son héros et son évolution. Sa relation de confiance avec son équipier David Chu est mise à rude épreuve ici, mais l’auteur évite les bons gros clichés et reste en équilibre pour donner à cette relation de méfiance beaucoup de profondeur. On croise toujours les vieilles connaissances de Harry qui constituent son univers et donne toujours autant de corps à la série.

thedropD’un autre côté, Harry vit avec sa fille adolescente qui grandit et le surprend toujours plus. Il veut être un bon père, ce qui est assez nouveau pour le bonhomme, mais essaye d’inclure ça dans son emploi du temps déjà chargé. Parce que malgré tout, Harry Bosch reste un drogué de la traque, il s’immerge dans ses dossiers et y passe des soirées et des nuits. Ceux qui tombent explore d’ailleurs un peu plus ce côté « traqueur maladif » chez Harry : Il reste toujours bien d’attaque mais aura bientôt le droit de partir à la retraite. En opposant sa carrière à sa vie de famille, l’inspecteur sait qu’il va devoir faire un choix avec sa retraite arrivant à grands pas. Va-t-il encore prolonger sa carrière déjà bien remplie ou se ranger ? Supportera-t-il une vie sans le boost d’adrénaline que lui procure son boulot ? Et quelle vie ça sera pour sa fille ?

Tous ces questionnements entrainent d’ailleurs les mêmes doutes chez le lecteur, et oui, Harry vieillit ! Que deviendra la série ? Aura-t-on des enquêtes à la maison de retraite ? Qui a volé le yaourt de Giselle, l’infirmière ou sa voisine Marguerite ? La réponse à tout ça se trouvera sans doute dans les prochains tomes. J’ai déjà lu Dans la ville en feu (The Black Box) en VO mais Mariachi Plazza vient de sortir, il ne devrait pas rester longtemps en attente dans ma pile de bouquins. La série ne se termine pas en tous cas, The Crossing est déjà sorti en anglais et l’auteur a annoncé The wrong side of goodbye pour Novembre, ce qui nous fait au moins trois aventures à découvrir et qui sait ? On aura peut-être une relève ?

Ceux qui tombent est un excellent roman policier, rythmé, malin. Les fidèles de l’auteur retrouveront leurs marques très rapidement dans cet excellent tome des enquêtes de Harry Bosch, on y trouve tout ce qui fait la force de la série : des mystères minutieusement échafaudées, un univers réaliste et documenté, des personnages attachants. Du grand Connelly, encore une fois.

Laisser un commentaire