You are currently viewing Olangar : Bans et barricades, Politique épique

Olangar : Bans et barricades, Politique épique

Bans et barricades est le premier tome (découpé en deux tomes) de la saga Olangar par Clément Bouhélier.

J’arrive un peu après tout le monde, mais ça faisait un moment que je voulais découvrir l’univers fantasy d’Olangar par Clément Bouhélier. J’ai donc attaqué 2024 avec Bans et barricades que je vais chroniquer comme un seul roman (ce premier tome est divisé en 2 livres), je trouve que c’est pertinent et c’est comme ça que je l’ai lu. Sortez vos cartes de syndicats, ça va négocier dur.

Dix-sept ans après la bataille d’Oqananga où les humains et les elfes ont repoussé les orcs, la cité d’Olangar organise des élections pour choisir le prochain chancelier. Evyna d’Enguerrand débarque en ville, déterminée à découvrir la vérité sur la mort mystérieuse de son frère militaire. Pour l’aider dans sa quête, elle va faire sortir de prison le vieil ami de son père Torgend Aersellson, elfe paria et vétéran, et ensemble il vont secouer les bas-fonds d’Olangar pour découvrir la vérité, en remuant pas mal de caca qu’on voulait pas voir remonter à la surface, surtout en période d’élections.

Olangar a la particularité de transposer un bestiaire de fantasy classique dans un monde industrialisé qui s’inspire du XIXe siècle avec une cité où les grands patrons exploitent de plus en plus les travailleurs obligés de vivre en ville pour avoir du boulot, dans des conditions d’hygiène et de sécurité franchement pas ouf. Il y a un rapport de force constant entre les politiques, les patrons et les travailleurs, et on a la pègre qui fout son nez dans la soupe quand elle peut en tirer quelque-chose. La première chose qui frappe c’est que tout est cohérent et solide dans le roman, on est plongés dans un univers dense mais on comprend directement les enjeux, les bras-de-fer entre la chancellerie et la Confrérie des nains (un syndicat ultra bad-ass !), les jeux d’influence entre les différents candidats aux élections, etc… Et peut-être que si ça percute aussi bien chez nous, c’est que beaucoup de choses résonnent avec l’actualité politique et sociale, et ça fait un peu mal. Mais c’est aussi une preuve du grand talent de l’auteur qui nous plonge dans une trame complexe avec une facilité admirable.

Dans tout ça on va suivre Evyna et Torgend qui enquêtent pour suivre les traces du frère de la jeune femme, comprendre ce qu’il s’est passé sur le Mur qui protège encore les cités humaines des orcs qui se promènent à l’ouest. La progression de leur investigation est naturelle, je n’ai eu aucun souci à suivre la logique de leurs découvertes et le complot qu’ils vont mettre à jour est vraiment bien ficelé. De plus on s’attache beaucoup à eux parce que l’auteur nous fait ressentir leurs motivations et leur état d’esprit avec talent et subtilité, j’ai adoré ce duo. De plus on suit aussi le point de vue de Baldek le nain qui va croiser Evyna et Torgend, pour ensuite enquêter de son côté sur un aspect de leur enquête qui concerne directement ses collègues d’Olangar et en tant que représentant de la confrérie, il doit monter au front et demander des comptes aux puissants au nom des travailleuses et travailleurs, quitte à sortir les armes. On croisera plus tard d’autres protagonistes mais ici je vous pose juste la base, le roman est dense, y’a beaucoup d’autres personnages de tous les côtés de notre affaire, que ce soit la pègre de Iosef Mandrac, le pouvoir militaire mené par « La femme diable », etc…

Dans ces mille pages de récit dense mais passionnant, on va avoir une succession de grandes scènes marquantes qui ajoutent de l’épique dans une histoire déjà très équilibrée, on a un énorme affrontement entre la Confrérie et les forces de l’ordre, une attaque de train bluffante, de grands moments qui marquent des étapes dans la progression de lecture et nous frappent. On avance et on découvre de nouveaux environnements, de nouveaux détails de l’univers qui vont venir enrichir constamment notre lecture. C’est tellement bien fait qu’on jamais de sensation d’indigestion, de « ouais non, c’est un peu trop », tout est cohérent, fluide et naturel. Dans le second tome on découvre encore de nouveaux lieux et de nouvelles ambiances, cette ville bâtie sur une cascade monumentale pour se servir de l’énergie motrice pour alimenter les usines de métallurgie, empoisonnant au passage le cours d’eau en question (les travailleurs et travailleuses aussi) est une vision impressionnante et monumentale.

Il y a un équilibre vraiment bon à mon avis dans ce Bans et barricades, puisque l’aspect social est évident, multi-factoriel et subtil, mais il ne prend jamais le pas sur l’aventure première, la quête reste le moteur du bouquin. On va découvrir des choses, mettre à jour des injustices, mener des luttes, mais on est jamais dans le tract politique, on est dans le constat social, documenté, qui sert à nourrir un univers, sans pour autant gommer les conséquences de la politique sur la vie des gens. C’est fort, c’est marquant, c’est porteur de sens, et c’est aussi rudement divertissant. En plus Clément Bouhélier nuance pas mal de choses, tous les politiques ne sont pas des salauds, tous les ouvriers ne sont pas de braves héros du quotidien, l’aspect humain va nuancer tout ça, chacun a son histoire, ses motivations, son éducation qui va le mener sur son chemin. C’est une trame dense de trajectoires humaines (ou elfe, ou naine), de décisions et de motivations qui constituent cette excellente histoire.

C’est avec plaisir que je continuerai la découverte de l’univers d’Olangar, j’ai adoré ce premier (double) roman, de la fantasy qui a tout ce qu’il me faut, un univers, de l’action, des personnages, du sens et du rythme. Hop, un incontournable de plus dans la liste, on commence bien l’année !

Et syndiquez-vous !

Lire aussi l’avis de : Célinedanaë (Au pays des cave trolls) : Tome 1 et Tome 2, Fantasy à la carte : Tome 1 et Tome 2, Ombrebones : Tome 1 et Tome 2, Dup (Book en stock) : Tome 1 et Tome 2, Phooka (Book en stock) : Tome 1 et Tome 2, Boudicca (Le bibliocosme) : Tome 1 et Tome 2, Le nocher des livres : Tome 1 et Tome 2, Le chien critique, Apophis (Le culte d’Apophis),

Couverture :
Éditeur : Critic
Nombre de pages : 480 / 528
Date de sortie : 23 Août 2018 / 6 Septembre 2018
Prix : 22€ + 22€ (broché) / 7,99€ + 7,99€ (numérique)

Pour les popoches :
Couverture : Alain Brion
Éditeur : Le livre de poche
Nombre de pages : 544 / 624
Date de sortie : 16 Juillet 2020
Prix : 8,70€ + 8,90€ (poche)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 10 commentaires

  1. Dup

    C’était une sage décision de te plonger dans Olangar ! Toute la série tient la route tu verras.
    On avait fait un « mois de » avec Clément Bouhelier à la sortie du premier double tome si ça t’intéresse. Et il nous avait offert une nouvelle dans cet univers très sympa.
    Merci pour le lien !

    1. L'ours inculte

      Merci ! J’irai lire les interviews, c’est un auteur à surveiller ça

  2. Zina

    Je suis plus en retard que toi puisque je ne l’ai malheureusement toujours pas lu !

  3. belette2911

    Elle me tentait depuis quelques temps, cette saga, mais je n’avais pas osé, vu tout ce que j’ai à lire… À cause de toi (grâce à toi ?), je vais essayer de la lire. Merci ! 😛