L’homme-rune, La salsa des démons

Vu le nombre de séries que j’ai entamées, je m’étais dit « nooooooon, tu commences plus rien de nouveau avant d’avoir bouclé les cycles en cours qui sont parus ! ». Mais évidemment, c’est le genre de résolution qui tient à peu près 35 secondes chez un lecteur normal. Puis j’avais le premier tome du Cycle des démons, l’homme-rune, en VO sur mon compte Audible. Alors bon. C’est parti.

Le monde dans lequel nous emmène Peter V. Brett est pas super-fun : toutes les nuits, des hordes de démons apparaissent et attaquent tout ce qui sent l’humain, donc les gens doivent se planquer. Leur seul salut vient de runes magiques qui repoussent les démons lorsqu’elles sont bien disposées autour des villes, villages, maison ou même un simple campement. Mais bien sûr, faire des runes c’est compliqué, et si une seule est abimée ou recouverte, les démons peuvent s’engouffrer dans la brèche et festoyer gaiment en mangeant du bonhomme. Chaque nuit est donc un réel cauchemar pour la plupart des habitants, surtout dans les campagnes.

Le roman suit les destinées de trois protagonistes enfants/adolescents mais comme le livre couvre plus d’une décennie on va les voir grandir. On a tout d’abord Arlen, dont la vie va basculer lors d’une attaque de démons meurtrière dans son petit village de Tibbet’s Brook. Il décide alors de suivre un messager (des facteurs de l’extrême qui craignent pas de passer la nuit dehors) pour explorer le monde et chercher un sens à toutes ces monstruosités qui tombent sur la gueule des humains. A Cutter’s Hollow, Leesha se voyait déjà mariée et mère de plein de petits marmots mais une sombre histoire de ragots foireux va faire de l’ombre à ce joli tableau. Pour couper court à tout ça, la guérisseuse du village la prend sous son aile. Enfin, Rojer est un enfant qui se lance dans la carrière de « Jongleur » (en anglais, qui n’est pas forcément que jongleur d’ailleurs, mais artiste en général, conteur, chanteur, jongleur, etc…) malgré sa main estropiée par une attaque de démons qui l’a bien traumatisé aussi.

Trois jeunes gens bien abimés par ce monde hostile donc, qui vont petit à petit nous amener vers un final où leurs trajectoires vont bien évidemment se croiser. Au début du roman, l’humanité est résignée, elle se planque et craint la nuit, roulée en boule sous sa petite couverture. Mais les légendes parlent d’un temps où les hommes arrivaient à combattre ces créatures aujourd’hui indestructibles. Le premier tome du cycle des démons est une introduction formidable à cet univers, et nous conte comment l’espoir peut renaitre, comment l’humanité peut se relever et chercher des solutions. Alors oui, il fait « tome d’introduction » et j’attends de lire la suite, mais il est quand même satisfaisant et ne frustre pas son lecteur. C’est une belle aventure.

J’ai accroché aux trois héros, même si ça met un peu de temps à démarrer à cause d’un découpage parfois… frustrant… Mais au final, Arlen, Rojer et Leesha sont tous très intéressants et bien mis en place. Les voir évoluer dans ce monde original et sans pitié scotche le lecteur, ils commencent comme de petits humains insignifiants qui courbent l’échine devant la menace latente et les règles que les humains ont construit pour survivre. Puis ils forcent le destin, ils tombent, se relèvent, cherchent, sortent des chemins tous tracés. Pourtant ils ont aussi un petit côté archétypal, Arlen est quand même un modèle de jeune héros qui part à l’aventure, et Leesha est… une jeune femme… donc histoire de coucheries, de ragots, et quelques mésaventures un peu « clichés » (notamment vers la fin, hein) m’ont parfois fait un peu grincer des dents. Tout ça fait old-school, désuet, sans pour autant gâcher l’ensemble parce qu’on a quand même une narration très solide, mais j’aurais aimé un peu plus d’originalité là-dedans aussi. Peut-être que le tome 2 me réservera un peu plus de surprises de ce côté-là.

L’homme-rune est une très bonne entrée en matière pour cette saga originale, violente et sombre mais qui laisse se profiler une lueur d’espoir, au loin. J’ai écouté l’audiobook VO mais toute la série (5 tomes) est sortie en France chez Bragelonne, donc ça se tente !

Lire aussi l’avis de : Blackwolf (Blog-O-Livre), Herbefol (L’affaire Herbefol), Dup (Book en stock), Phooka (Book en stock), Ptitetrolle (Lectures trollesques), Lorhkan (Lorhkan et les mauvais genres),

15 réponses

  1. J’ai le tome 1 en stock depuis quelque chose comme deux ans et demi, et j’en repousse sans arrêt la lecture (pas que j’ai pas envie, mais il y a toujours plus prioritaire). C’est intéressant de savoir que tu valides ce tome 1, cependant, vu que nos goûts sont proches en général. Merci pour ta critique 😉

    • Je crois qu’il serait resté dans ma PAL bien longtemps (vu que je l’ai aussi en numérique suite aux OP de bragelonne) si j’avais pas pris l’audiobook en mode random avec mes credits audible.

  2. Pour ma part, je l’ai dans ma PàL depuis un an et demi, à cause d’une promo papier Bragelonne et d’un avis positif lu je-ne-sais-plus-où, mais je n’ai jamais trop ressenti l’envie de l’en sortir depuis.
    Contente de savoir (ou de réapprendre ?) que bien que 1er tome il n’est pas frustrant et qu’il est plutôt sympathique dans l’ensemble 🙂
    (Et savoir que toute la série (pas trop longue en plus) est sortie c’est sympa aussi)

    Par contre, désolée mais :
    ♫… Et c’est la SALSA DES DÉMONS !
    tudumtudumtudum
    SALSA DES DÉMONS ! ♫

  3. Tiens je l’avais justement détaillé dans mon dernier article de Blog où j’expliquais pourquoi il était dans ma PAL celui-là. Des avis de plusieurs personnes, le T1 est excellent mais les autres tomes semblent tirer un peu en longueur. C’est l’avis général en tout cas. Mais merci pour ta chronique qui confirme qu’il faut au moins se faire le 1, le reste c’est du bonus ^^

  4. J’avais adoré les 2 premiers, mais j’avais eu l’impression que le 3e avait été écrit par quelqu’un d’autre… depuis, je n’ai toujours pas lu la suite, et les commentaires plus que mitigés que j’en ai lu ne me presse pas vraiment :/

  5. Je me retrouve largement dans ta critique, aussi bien dans les aspects positifs (le concept est simple mais très efficace et bien exploité – cette peur viscérale, je l’ai ressentie à plusieurs reprises dans ma lecture – ah, le petit animal qui efface les runes en courant là où il faut pas, laissant entrer le démon dans le petit cercle de protection!… – ) que les points décevants, qui m’ont parfois carrément énervé (les persos stéréotypés, le trajectoire vue et revue du jeune candide et curieux qui va devenir un super héros au terme d’une longue initiation, les dialogues qui font du sur-place, bref, tout ce que tu as indiqué). Impression globale contrastée du coup, par moments j’ai eu l’impression d’une idée géniale gâchée par sa mise en oeuvre. Mais je ne peux pas nier que certains passages sont très très prenants.

  6. J’ai justement fini la saga il y a quelques semaines avec le tome 5 (Le coeur) et effectivement, l’univers est très sympa. Au niveau des personnages, c’est assez classique sur le fond et même s’il y a toujours quelques innovations et changements qui colorent un peu le tout, on sait globalement dans quelle direction ils vont….
    Au final, l’histoire s’affaiblit un peu au fil des tomes, mais ça reste tout à fait lisible et toujours un peu prenant 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.