Le héros des siècles, ruine et révélations

Je suis revenu un peu à reculons dans l’univers de Brandon Sanderson parce que le second tome de fils-des-brumes m’avait un peu ennuyé (euphémismeuh !). Depuis plusieurs semaines j’ai repris la saga avec le troisième épisode, Le héros des siècles, toujours en VO et en audio, toujours lu par un Michael Kramer époustouflant.

Vin a merdouillé en libérant ce qui était planqué dans le Puits de l’Ascension, et maintenant c’est un peu la fin du monde. Les cendres et la brume sont de plus en plus présentes, la famine guette les campagnes les plus éloignées de Luthadel, les peuples sont un peu paumés sans leur bon vieux tyran qui leur disait quoi faire depuis 1000 ans… Leur dernier espoir est de retrouver les caches du Seigneur Maître, qui apparemment avait tout prévu depuis le début (à part mourir). Ce troisième tome est en fait découpé en deux trames principales qui vont s’alterner au fil des chapitres : D’un côté on a Vin et Elend qui cherchent les dernière caches de l’autre taré, avec leur armée sur les talons parce que le plus rapide c’est quand même de tout conquérir… Mais on va suivre parallèlement une autre mission d’importance.

Breeze et Sazed sont envoyé à Urteau pour reprendre le contrôle de la ville par des voies plus diplomatiques. Cette cité a été reprise en main par un Skaa qu’on surnomme le « Citizen » (désolé pour certains termes que je garde en VO, j’ai pas trouvé tous les équivalents) et qui s’amuse à exécuter tous ceux qui ont un lien avec l’ancienne noblesse. Pas vraiment mieux que sous le règne du Seigneur Maître, au final, mais il a la population sous sa coupe donc va falloir la jouer fine. On va aussi retrouver à Urteau le jeune Spook qui a bien changé. Le gamin réservé et maladroit a considérablement « level up » et devient malgré lui un symbole de résistance. Au milieu de tout ça on retrouvera aussi TenSoon en très mauvaise posture chez les Kandra et on va découvrir tout plein de choses sur tout plein de monde.

Ce troisième tome de Fils-des-brumes relève largement le niveau par rapport à ma déception précédente. Le point le plus impressionnant est la manière dont Brandon Sanderson repasse à la moulinette beaucoup de nos certitudes pour donner à son univers plus de profondeur sans que ça paraisse trop tiré par les cheveux. Il ajoute encore une forme de magie qui remet toutes les autres en perspective. A la fin de notre lecture on a une vision claire du fonctionnement de son univers après pas mal de révélations sur les différents peuples et sur ce que foutait le Seigneur Maître. Les Koloss, les Kandra, les inquisiteurs, et toutes les ficelles qui trainaient à droite à gauche prennent du sens dans un tout satisfaisant, rien n’est laissé au hasard depuis le début. Tout se tient, tout est résolu, c’est une conclusion qui démontre la maîtrise de l’auteur.

L’évolution des personnages est un autre des points forts du roman, surtout pour TenSoon, Spook et Sazed qui restent au centre de l’action. Dommage que Ham et Breeze restent un peu en retrait, mais bon, y’a tellement de personnages qu’on peut pas tous les garder devant. Tout ce petit monde se débat face à un cataclysme qu’ils ne comprennent pas du tout, et se sentent bien impuissants par moments. Le désespoir (et donc l’espoir) est un des thèmes récurrents de ce troisième opus, l’ennemi est tellement énorme et abstrait qu’aucune solution n’apparait clairement donc on avance un peu à l’aveugle. Sazed incarne bien cette incertitude avec son parcours personnel, il a perdu l’optimisme et la foi qui le caractérisaient après les évènements du Puits de l’Ascension, il va se poser des questions, douter, mais accomplir sa mission malgré tout, parce qu’il est très cool.

Globalement, on a un bien meilleur équilibre sur l’ensemble du roman (qui est encore une fois énorme, 1000 pages en popoche et 24 heures d’écoute en audio). L’intrigue avance bien tout en approfondissant les personnages comme il faut. On a des grandes batailles, des combats, des énigmes, des conversations, de l’introspection, sans qu’aucune part ne prennent trop le dessus. Et sans que tout le monde passe son temps à douter, à se morfondre ou à polémiquer, ça nous change. Le seul défaut de rythme que je vois est que ça met un peu de temps à démarrer, peut-être, j’ai mis un petit moment à vraiment replonger dans l’aventure mais c’est quand même beaucoup plus maitrisé que le tome 2, et bien moins gonflant.

Finalement, la conclusion de cette trilogie est une bonne surprise. Elle apporte toutes les réponses qu’on attendait tout en gardant le lecteur dans le rythme, avec une galerie de personnages approfondis et nuancés. Les errances du Puits de l’Ascension s’effacent avec la vision d’ensemble qu’on a finalement, et c’est prometteur pour les prochains écrits de l’auteur (oui, j’ai du retard à rattraper, je sais).

Lire aussi l’avis de : Boudicca (Le bibliocosme), Blackwolf (Blog O Livre), Ptitelfe,

Les autres romans de la série : Tome 1, Tome 2

5 réponses

  1. Je n’avais pas du tout aimé le second non plus, du coup je te rejoins sur ton avis, ce troisième tome est largement mieux en effet =)

    Par contre il y a encore des dessous que tu ne connais pas encore et qui sont dans la Novella « secret history » que l’auteur a publié l’an passé ^^ .
    Après pour la suite de fils des brumes on est sur des romans bien plus court et rapide que ceux la, du coup c’est vraiment très différent. Ils explorent une partie du background de la première trilogie mais avec moins de conséquences désastreuses (on n’est pas sur un thème fin du monde quoi). Du coup je les ai adorés, mais je reconnais qu’ils sont plus léger (et ça fait du bien n’empêche xD)

  2. Je partage ton avis sur les deux premiers : le 1 est top, le 2 très décevant. Par contre je ne suis pas parvenue à me passionner pour le 3 (peut-être parce que, contrairement à toi, je l’ai lu dans la foulée du précédent…).

Laisser un commentaire