You are currently viewing L’œil du monde, La roue du temps long

L’œil du monde, La roue du temps long

Oui, moi je fais souvent tout à l’envers. Quand les vrais connaisseurs décortiquent l’adaptation télé de La roue du temps en pinaillant sur le moindre détail qui est pas comme dans les livres (« et ça je le voyais pas comme ça », arg, pitié…), moi je commence la lecture du premier tome après avoir apprécié la première saison que nous a proposé Prime Video. Aucune frustration, personne ne râle, tout le monde est content. Enfin, presque.

La petite campagne de Deux-rivières est en effervescence, c’est la fête de Bel Tine. On sort sa plus belle chope, on joue au dés et on se laisse emporter par ce rythme qui t’entraine jusqu’au bout de la nuit, et réveille en toi le tourbillon d’un vent de folie. Mais cette année la fête va tourner un peu au vinaigre pour Rand, Mat et Perrin, avec tout d’abord l’arrivée de Moiraine la magicienne et son farouche protecteur. Mais c’est surtout l’armée de monstres qui va pourrir l’ambiance, la magicienne est formelle, les trollocs recherchent le dragon réincarné, et comme elle sait pas lequel c’est elle va embarquer les trois adolescents car leur âge correspond à la prophétie. Vite vite il faut partir, à l’aventure, compagnons, pas le temps de niaiser.

J’ai découvert ce premier roman dans sa version audio VF, narrée par sieur Arnauld Le Ridant, et c’est assez important car je pense que ça a pas mal joué dans mon appréciation de l’œuvre. Bon, déjà le bouquin fait 34h, que j’ai mis quand même 3 mois à écouter en faisant ma vaisselle du soir. Le narrateur nous gratifie d’une galerie de voix assez amusante : entre les femmes qui ont toutes des voix de mauvais doublage d’animé japonais, Perrin qui a un ton d’ado boudeur, et les différents accents qui sortent de nulle part, je dois dire que ça prêtait plus à la rigolade qu’autre chose. Mais l’interprète n’est pas forcément aidé par la plume… Disons… Gentiment vieillotte de l’œuvre, du moins dans sa traduction française. C’est de la fantasy à papy, avec des phrases grandiloquentes au vocabulaire désuet, ça serait peut-être mieux passé à l’écrit, mais l’entendre fait ressortir encore plus le côté préhistorique (pardon, « délicieusement désuet ») de la prose quand on est habitué à la fantasy moderne.

Ceci dit, ce premier tome est bourré de défauts que même les amateurs de la saga ont reconnus devant moi quand je les ai torturés quelques jours. Si le côté « fantasy hyper old-school à moitié plagié sur Tolkien » est de notoriété publique, du moins sur ce premier tome, j’ai quand même apprécié le début de l’aventure. C’est rythmé, mystérieux, avec quelques clichés qui se bousculent mais auxquels on apporte juste ce qu’il faut de micro-modifications pour que ça fonctionne. Le background qui se dessine intrigue, on a des rôles féminins de premier plan, on sent que c’est vaste et qu’on ne fait qu’effleurer l’univers du fond de la campagne avec nos gentils fermiers. L’amitié entre les protagonistes transparait vraiment dans leurs interactions, entre les trois garçons et plus tard avec Nynaeve qui défend ses jeunes amis avec ardeur. Moiraine et Lan en imposent avec leur air mystérieux et les secrets qu’ils veulent pas nous dire, les salauds.

C’est quand on regarde d’un peu plus près que ça fait un peu grincer des dents, sur des dialogues un peu niais qui manquent de naturel (encore une fois, ça a pas aidé la prestation audio), sur des relations entre Rand et Egwene qui exaspèrent un peu (« quoi ? Tu as regardé une autre fille ?!! »). Non mais vraiment, merci à la production de la série télé qui est arrivé à donner un peu de modernité à tout ça. La série télé est 100 fois mieux que le bouquin, oui, voilà, merci. Jetez-moi des cailloux mous. Je l’ai dit.

Le plus énorme défaut du bouquin que la série a pu corriger c’est finalement son rythme absolument horrible. Je l’ai dit, j’ai apprécié le début de l’aventure malgré son côté old-school, mais passé le quart du bouquin on entre dans une interminable succession de mini péripéties pour chaque petit groupe de héros qui ont été séparés. C’est horrible. Au bout du cinquième petit village traversé par Mat et Rand à chercher à manger et papoter avec le ventripotent aubergiste j’avais envie de leur faire bouffer leur chaussures trouées. On croise des tas de PNJ sans intérêt avec chacun leur petite histoire, un qui va déballer du world-building maladroitement, un qui va être gentil, un qui va être méchant, et tous te rabattent les oreilles avec le méchant ténébreux qui a des espions partout et qu’il est très méchant et ténébreux. Y’a quasiment la moitié du bouquin a jeter, on dirait des quêtes secondaires de remplissage alors qu’on est dans un bouquin.

Heureusement, ce calvaire se calme un peu quand les héros se regroupent et on se recentre sur l’intrigue principale. Mais arrivé là j’en avais marre et j’avais envie que ça se termine. Je crois que la fin de La roue du temps ça sera qu’en série pour moi, j’ai pas envie de revivre ça sur 13 tomes de plus sachant qu’il y a apparemment des livres encore plus « remplissage » que celui-ci. Oui, je sais, la suite c’est mieux, et je comprends qu’un lecteur puisse aimer se promener (errer) dans le même univers pendant des mois et des mois, mais j’ai des tas de sagas plus courtes, plus modernes et mieux rythmées à lire, merci. Finalement c’est tout bénef’, avec la série j’aurai l’histoire sans les défauts des bouquins et sans le temps perdu. Que demande le peuple ?

Auteur : Robert Jordan
Traducteur : Jean-Claude Mallé
Couverture : Didier Graffet
Lecteur audio : Arnauld Le Ridant
Editeur : Bragelonne / Audible Studios (pour l’audio)
Nombre de pages : 624 x 2 (poche), 864 (broché)
Prix : 7.99€ (numérique) / 7,90 x 2 (poche)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 29 commentaires

  1. Sabine C.

    Moi, si j’étais toi, je lirai la suite juste pour vérifier que le méchant est bien méchant et ténébreux >_> XD.

    1. Alors je propose un travail collaboratif, on fait un tome chacun, c’est ton tour :p

  2. OmbreBones

    Ah bah ça ne m’a jamais attiré et tu me confirmes que je fais bien

  3. Alban

    On a pas lu la même chose, je suis au 8eme tome et c’est génial, la série est sympa mais va trop vite et surtout la plupart des personnages on y croit pas trop quoi, ce n’est que mon avis après ..

    1. Comme toujours, c’est subjectif. Quand tu dis « ça va trop vite » moi j’ai la vision inverse, le bouquin est beaucoup beaucoup trop long et la série a pris des raccourcis, ce que j’ai apprécié. Mais je comprends que tu aies le point de vue opposé si tu as aimé plonger dans les bouquins.

      1. Sam

        C’est pas un raccourci là… Ils ont détruit la route et ils en ont fait une autre ! En fait ils ont même changé la destination… Ça rappelle le carnage de fondation.

  4. zoelucaccini

    J’hésitais à me lancer dans la série livres, après avoir regardé la première saison; j’avais la sensation de ne pas tout capter devant mon écran, et je me disais que les bouquins allaient m’aider à raccrocher les wagons. Je redoutais juste tout ce que tu décris : un ennui ferme pendant des plombes. J’avoue que les promenades de taverne en taverne, coursées par un méchant très méchant et très classique ça me lasse, pourtant je suis moins rodée que toi à la fantasy moderne.
    Bref, merci de t’être fadé ce premier volume et pour ce retour, qui va m’économiser beaucoup de temps.
    Et en plus j’ai bien rigolé en te lisant !

  5. Cubiste

    Je vous recommande de tenir le coup du premier bouquin qui n’est pas terrible. Par contre, dès le deuxième tome, ça prends de l’ampleur, les enjeux se précisent, les personnages décollent. J’ai fini la saga, il y a quelques mois et c’est fabuleux.

    1. Content que vous ayez trouvé votre compte là-dedans. J’ai personnellement bien trop de choses à lire et découvrir par ailleurs en fantasy pour me lancer dans un tel volume de texte avec ses hauts et ses bas (d’après la plupart des retours). Si c’était 3 ou 4 livres je continuerai mais là c’est trop pour moi.
      Merci d’être passé !

  6. Tux

    Critiquer une œuvre que l’on a même pas réellement lue (« écoutée en faisant la vaisselle », bonjour l’implication…), sur un seul tome et en la comparant à une adaptation télé avec une intrigue bordélique et des jeux d’acteur déplorables… Si moi aussi je peux donner mon avis, tu devrais éviter de partager le tien… Ça éviterait que des gens moins dilettants que toi passent à côté d’une saga qui pourrait leur plaire.

  7. Moïra BALIN

    Le premier tome je l’ai lu en 2 semaines (1 à 2 heures par jours, je lis très vite, et parfois 2 à 3 livres en même temps). Il y a des longueurs mais toujours moins que du Zola. La série est top. J’avais peur d’être déçue, mais l’honneur est sauf. De toute façon la pire adaptation de livre fantasy est Eragon où même les enfants sortaient du ciné dépités

    1. Je lis normalement une 50aine de pages par jour sur mes lectures papier/ebook, mais la lecture audio c’est plus lent pour moi donc les longueurs se sont fait clairement plus ressentir.
      Bon je lis pas Zola, donc j’ai pas la ref 😀

  8. Bastien

    J’en suis au tome 11… Et j’irai jusqu’au bout par acquis de conscience (j’me suis pas bouffé 11 tomes pour rien bordel).

    Mais je suis d’accord avec toi. Que de longueurs. Je fais d’ailleurs une pause (Harry Potter ) pour cause d’overdose.

    Pour ce qui est de la série j’ai pas vraiment accroché. Il est évident qu’ils ne pouvaient pas être aussi fidèles que dans les livres (fort heureusement d’ailleurs), et ont été obligé de faire quelques (gros) raccourcis. Mais il y a des choses qui ont été complètement inventées (Perrin a une femme ?!?), et ça, on aurait pû s’en passer.

    1. La femme de Perrin m’a pas dérange, comme ils ont fait tous les personnages plus âgés que dans le bouquin ça me semblait logique. Mais son sort était un peu tout pourri quand même.

  9. Redornan

    J’avoue je suis au 3e tome et le rythme très mou va un peu mieux. Les persos féminins sont aussi moins écrits « type 80 » (j’avais l’impression de lire la Belgariade, ce n’est pas un compliment.) Par contre la traduction est assez dégueulasse (4-5 « furibard » par livre, des répétitions et des phrases qui n’ont aucun sens … Dur dur). Mes phrases préférées restent « ses jambes l’imploraient de ne plus bouger d’une semaine » et « régulièrement, les cors sonnaient, se rapprochant régulièrement ». ….. Ah oui

    1. Je crois que l’entendre en audio rend la traduction/le style encore plus bizarre, mais je suis d’accord, c’est parfois bof bof

  10. S'ren

    J’ai adoré lire cette saga au long cours, en VO, et me plonger dans ce monde. Je suis aussi d’accord avec toi sur certains points : c’est long. La lecture des 14 tomes m’a pris environ 2 ans, entrecoupée d’autres romans.
    Aucun regrets, ce fut un beau voyage, avec une superbe évolution des personnages et un univers complètement fou.
    J’ai regardé la série à sa sortie, et c’est une jolie adaptation. Tout n’est pas pareil (forcément), ni parfait (certaines scènes ne sont pas si bien jouées) mais quel plaisir de retrouver l’univers de WoT !
    Je te souhaite une jolie appréciation de la série, en espérant y retrouver ce que j’ai tant aimé dans cette saga au long cours 🙂

  11. SL

    « Il y a des longueurs mais toujours moins que du Zola »…
    Avez vous bien lu Zola ? Chaque tome de La roue du temps, c’est au minimum le double d’un « Rougon-Macquart ». Où Zola raconte une histoire complète sur un livre, Jordan a besoin de 13 tomes pour dévider une intrigue aux enjeux limitées, rendue artificiellement complexe par le nombre absolument effarants de personnages (souvent inintéressants) et, passez moi l’expression, sa propension à l’enculage de mouches. A côté, une saga russe comme Guerre et Paix paraît un sommet de clarté et de concision, c’est dire. Si on rajoute un style pataud, ça ne fait clairement pas envie.
    Pour l’anecdote, j’ai commencé la lecture de La roue du temps en 1994, lors de la parution des 1ers volumes chez Rivages, et malgré les nombreuses et parfois très longues pauses observées entre deux tomes, on ne perd pas vraiment le fil. Les enjeux, je le répète, sont assez simples et la nature est bien faite, le cerveau évacue les détails inutiles pour se souvenirs des quelques péripéties marquantes. Au crédit de l’auteur, rajoutons en outre la richesse de son univers et de son système de magie. Voilà pourquoi, malgré toutes les réserves qu’on peut émettre à son encontre, j’irai au bout de ce cycle…
    En ce qui concerne la série TV, au-delà de la comparaison avec les bouquins, j’ai trouvé ça très mauvais… A côté, The Witcher, qui n’est déjà pas bien terrible, c’est une tuerie !

    1. Sam

      Bonjour
      J’ai eu la même démarche. Lire le livre après avoir regardé la série. Parce que j’ai trouvé la série bof bof, avec des situations que je ne comprenais pas, ça sentait le raccourci à tout va. Donc j’ai lu (et pas écouté)
      Bon la différence c’est que j’ai lu bcp de fantasy, et que pour moi un roman ça se savoure. Donc oui un roman ça peut traîner en longueur hein c’est normal.
      Ensuite my god…. Comment on peut appeler ça une adaptation ? A part le nom des personnages, il reste quoi de l’histoire ? J’ai bien mieux compris les tenants et les aboutissants en.lisant le tome 1, l’histoire est bien plus cohérente. Et je vais lire les romans suivants avec grand plaisir plutôt que de regarder la suite de cette série daubesque.
      Ecouter (?!!!) un roman en faisant la vaisselle… No comment!

  12. Shaya

    Ah, ça n’a pas matché par ici 😉 Je comprends très bien tes arguments, même si contrairement à toi j’adore ce rythme un peu lent, les relations entre les personnages sont un vrai point noir dans cette saga…. Pas certain que j’accrocherais en la découvrant maintenant.

  13. « La série télé est 100 fois mieux que le bouquin, oui, voilà, merci. Jetez-moi des cailloux mous. Je l’ai dit. »
    Merde alors, alors je ne lirais pas. au bout du troisième épisode je ne supportais plus ce groupe d’ado et j’ai regardait comme je regarde certains série, 5 minutes par-ci par là et je finissais la série en 40 minutes.
    Non pour ma part c’est mauvais définitivement mauvais.
    J’ai tiqué dès le début lorsqu’ils ont traversé en barque et que les orcs (heu pardon les machins) ne pouvait pas traverser l’eau ! Cela m’a rappelé vaguement un truc, un bon truc il me semble.
    Pas pour moi !
    Mais grand plaisir a vous lire !

    1. Merci !

      Le premier tome est notoirement un gros calque de tolkien, la rumeur prétend que çà s’étoffe après. Mais effectivement, si les personnage t’ont déjà exaspéré dans la série, vaux mieux pas tenter le livre, ils sont bien pires XD

  14. Alice

    je pense honnêtement que c’est un défaut du monde moderne de vouloir que tout aille vite.
    Les personnages de ce livre sont voués à évoluer énormément, et ça ne peut pas se faire en 2 jours. Pour ça, il faut vivre beaucoup d’aventures et rencontrer beaucoup de gens.
    Quant aux PNJ, si tu lisais les autres bouquins tu te rendrais compte qu’ils ont presque tous de l’importance. On les quitte puis on les retrouves à un autre moment, ils agissent sur l’histoire d’une façon ou d’une autre, que ce soit de façon « matériel » ou grâce à l’impact qu’ils ont sur les personnages, ou même simplement sur le monde où ils évoluent.
    Alors oui, c’est long.
    Oui, il y a beaucoup de monde.
    Mais finalement, tout ça ça participe à créer un univers vaste que personnellement je prends beaucoup de plaisir à découvrir, et où je serais même très heureuse de découvrir les aventures d’autres personnages dans d’autres régions éloignées qui sont uniquement évoquées.
    Pour moi une bonne saga ne peut pas se construire uniquement autour d’une intrigue principale, ce qui en fait l’intérêt c’est le Lore qu’il y a autour.

    1. L'ours inculte

      Je pense honnêtement qu’il y a une différence entre « vouloir que tout aille vite » et « vouloir que quelque chose se passe en 800+ pages ».

      Si c’est le « monde moderne » qui me donne cette impression, c’est pas un défaut, c’est qu’aujourd’hui on a des tas de sagas de 3 ou 4 tomes qui ne trainent pas, on a beaucoup de choix pour lire des séries percutantes et largement plus efficace, où on ne doit pas passer un an de sa vie de lecteur pour trouver où l’auteur veut en venir.

      Tu aimes prendre ton temps et lire 15 tomes de 1000 pages ? Pour toi l’intérêt c’est la profondeur du lore ? Très bien. Tant mieux. C’est pas mon cas. Chacun ses préférences, c’est pas une question d’avoir tort ou raison.