Blood & Tempest, Qui sème le vent

Alors mes vieilles gamelles, il est temps de finir une nouvelle trilogie, vous croyez pas ? C’est la fin des aventures de Hope, Red et tous leurs poteaux, et on va voir ce que ça donne. Attention si vous avez pas lu les tomes précédents, le paragraphe suivant peut être spoilant (le reste ça va).

Après le petit carnage du tome 2, Hope se barre toute seule et cherche une autre voie, elle dépose les armes et revient à ses origines. Pendant ce temps, à la capitale, Red s’est enfin libéré de l’emprise des biomanciens et se voit confier une mission : ramener Hope et Brigga Lin à l’impératrice. Les deux renégates de leurs ordres respectifs sont les seules à pouvoir lutter contre la nouvelle alliance des vinchens et des biomanciens. Avec tous leurs alliés, il est temps de faire front mais nos héros ne sont pas très habitués à bosser pour les rupins, va falloir négocier un peu.

Pas de surprise ici, on reste sur un très bon niveau de fantasy d’action et de fun, la bande de héros attachants et classes est toujours un régal à suivre. J’apprécie énormément cette bande de joyeuses crapules qui évoluent chacun à leur manière, on comprend les choix et les parcours de chaque protagoniste. Ça ne rend que plus satisfaisant ce dernier tome qui termine la trilogie en apothéose, les enjeux sont énormes, les risques aussi, mais faut y aller alors on se bouge. Il y a de l’initiative et de la personnalité, et toute une bande de compagnons qui se retroussent les manches pour leurs camarades. Et je suis toujours surpris de m’être un peu attaché à cet argot bizarre et rigolo qui pouvait agacer au premier tome, signe que l’univers à réussi à me convaincre. Le seul défaut de ce tome serait une résolution finale un peu abrupte au conflit, mais ça reste très positif dans l’ensemble.

Jon Skovron nous sert un troisième tome qui, contrairement à ce que pourrait laisser penser la couverture, s’éloigne de l’univers marin pour se concentrer sur les intrigues terrestres, et la politique commence à avoir de l’importance sans être trop lourde. On a même une vraie portée sociale dans ce tome, puisque les bouleversements du gouvernement vont amener quelques personnes à négocier avec le pouvoir pour le compte de Cercle Paradis et ses habitants. Bien amené (est c’est le cas ici), c’est toujours un bon point. Ça s’ajoute évidemment à l’aspect social qui était déjà en place sur les stéréotypes de genre.

Mais le cœur du roman reste ce combat mené par nos héros contre les ordres pervertis de l’empire, et on nous réserve quelques grands moments d’action et de tension extrêmement bien géré par l’auteur. Il nous pose quelques grandes scènes très iconiques qui resteront dans les mémoires, du duel épique à une grande bataille de la dernière chance, on est pris dans cet enchaînement de grandes scènes gérées de main de maître, immersives et réjouissantes, boostées par notre attachement à tous ces personnages dont la vie est en jeu.

Il y a une certaine bienveillance générale qui est très appréciable, encore une fois j’aime les histoires positives et j’ai apprécié ici qu’on cherche toujours à résoudre les problèmes avec empathie et compréhension. Les héros trouvent toujours le moyen de combattre leur ennemi ultime mais ne sacrifient pas les sbires ou les innocents qui peuvent être raisonnés. La trilogie est remplie de personnages qui étaient d’un côté de la barrière, qui auraient pu faire des ennemis tout à fait crédibles mais se sont révélés de precieux alliés. C’est pour ça qu’on se retrouve avec un groupe de héros très variés qui viennent de tous les côtés du conflit. C’est génial parce que ça donne à chacun une trajectoire propre et ça apporte une fraîcheur à l’ensemble, une manière de contrebalancer la cruauté de quelques individus. Quand tout un ordre s’en prend aux innocents on va trouver ses membres qui sont dégoûtés et renverser sa hiérarchie en leur montrant le chemin, quand un monstre saccage une ville on va chercher qui le contrôle et comprendre sa position. L’auteur a une vraie démarche dans la résolution de conflit qui m’a beaucoup plu et donne une saveur particulière à L’empire des tempêtes.

Je conseille vivement les aventures de Hope & Red à tous les amateurs de fantasy d’action, de bonne humeur et de personnages positifs. La saga est passée un peu inaperçue, j’ai l’impression, donnez-lui sa chance ! Ce troisième tome vient également de sortir en poche, faut juste accepter une couverture immonde et complètement hors-sujet.

Lire aussi l’avis de : Dup (Book en stock),

11 réponses

  1. Je l’avais noté depuis tes précédentes chroniques mais ça confirme mon envie (par contre tu as raison pour la couverture poche, ça pique les yeux !)

  2. Je ne comprends pas ces éditeurs qui se font chier à faire mettre de belles couv’ … C’est pas comme si les gens, en général, voyaient d’abord ça sur le livre. Ou alors y’a un deal, pour faire acheter les grands formats 😉

  3. Bon ben pour un peu, tu me ferais regretter de ne pas avoir persévéré dans ma lecture du premier tome, il semble que c’est moins jeunesse au final que ce que je pensais.

Répondre à Sabine C. Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.