Véridienne, Les demoiselles insouciantes

Le pouvoir est un fardeau et une épreuve, même si ça a ses petits avantages… Pourtant, pour une jeune héritière adolescente, ça va, c’est plutôt les avantages qui priment. Mettez-en cinq dans le même château et c’est certainement soirée pyjama sept jours sur sept, potins, crêpage de chignon et chevauchées à dos de licorne.

Enfin, non, pas exactement… Dans Véridienne, premier tome des Récits du Demi-Loup paru chez les Moutons Électriques en 2015, Chloé Chevalier nous raconte la politique du royaume du Demi-Loup dirigé par le roi Aldemar, un monarque notoirement un peu « mouais bof » dans sa manière de régner. Considérant que sa capitale est trop éloignée de la partie la plus orientale du royaume, la région des Eponas (non ce n’est pas un cheval…), ce dernier a mis en place un second trône là-bas et y a placé son frère Caldamir, ça fera moins de boulot pour lui. A la suite d’un évènement pas glop, Calvina, la fille de Caldamir, est chassée de ses terres et reviendra vers Véridienne pour y retrouver la fille d’Aldemar, Malvane.

Les deux princesses se retrouvent donc dans le château royal en compagnie de leurs suivantes. Dans le Demi-Loup, un héritier royal se doit d’avoir un suivant par tradition, c’est un compagnon du même sexe, né un jour après lui ou elle, qu’on arrache à sa famille sans remord pour lui faire partager la vie de son prince ou sa princesse. Un suivant sert de conseiller, d’ami, et devient un héritier royal à part entière. Comme Aldemar fait toujours n’importe quoi, Malvane a même droit à deux suivantes, Nersès et Cathelle. Avec Lufthilde, la suivante de Calvina qui s’est exilée avec sa princesse, nous avons donc notre groupe de cinq intrépides demoiselles qui vont faire n’importe quoi dans les couloirs du château pendant que le royaume part en sucette.

VeridienneLe roman suivra le petit groupe pendant les années de leur adolescence, entre 10 et 20 ans grosso modo. Leur point de vue original permet de nous raconter le destin du royaume de Véridienne par le regard un peu insouciant de ces demoiselles pour qui la responsabilité est encore une notion bien vague. Pourtant, petit à petit, elles vont ouvrir les yeux sur pas mal de choses et évoluer pour devenir de vraies femmes de pouvoir. Cette évolution ne se fera pas sans mal, et les filles assisteront à la déliquescence progressive de leur héritage et commenceront à mettre le nez dans les secrets et les intrigues de cour qui gravitent autour d’elles.

La narration originale du livre se fait par l’intermédiaire de journaux et lettres rassemblés par les suivantes de manière à peu près cohérente. On garde souvent le point de vue d’une des suivantes dans un puzzle de correspondances et d’entrées de journal qui nous permettront de découvrir le destin du royaume et l’évolution des héritières du trône. Cette construction est vraiment géniale et très agréable même si, de temps en temps, il y a des changements de narrateur un peu abrupt qui ne sont pas clairement annoncés, ce sera au lecteur de découvrir qui parle. On en prend l’habitude au fur et à mesure, ça ne pose pas de gros soucis de compréhension mais ça aurait pu être plus clair.

Puis un autre personnage arrive petit à petit à se faire une place dans tout ça : Aldemor, ainé et premier héritier du roi qui était parti en guerre à l’est pendant des années. Le retour du prince va bouleverser encore la vie au château et la politique du royaume en général, on commence à trouver ses propres chroniques dans le roman et ses relations tendues avec son père se révèlent. Véridienne raconte donc le destin de ces cinq filles (puis femmes) et du prince Aldemor, mêlés à celui du royaume tout entier et à une épidémie qui semble décimer la population.

Ce premier tome est vraiment une réussite, surtout grâce à la galerie de personnages très travaillés et à la narration originale maitrisée du livre. L’auteur arrive à doser merveilleusement bien la gravité de la situation politique et le côté très personnel de ses personnages, posant parfaitement des révélations ça et là pour relancer la machine. Pourtant, on ne tombe jamais dans un imbroglio géo-politique trop complexe, ni dans une histoire de princesses gnan-gnan qui parlent jolies robes et beaux mariages. La justesse et l’équilibre sont parfaits. On s’attache aux personnages et on voit leur caractère évoluer et s’affirmer, les poussant vers un destin qui s’annonce mouvementé.

Les moutons électriques découvrent encore un nouvel auteur français prometteur : Chloé Chevalier nous conte une bien belle histoire et nous fait découvrir le royaume du Demi-Loup par les fenêtres de son château, portant de belles promesses pour la suite de la saga, Les Terres de l’Est (en vrai je l’ai déjà lu mais c’est juste pour le teasing).

Lire aussi l’avis de : Boudicca (Le bibliocosme), Blackwolf (Blog-O-Livre), Lorkhan, Xapur, Joyeux-Drille (Appuyez sur la touche lecture),

Une réponse

Laisser un commentaire