Tout au milieu du monde, un voyage graphique

C’est marrant, chez nous le domaine du livre illustré est très largement tourné vers la jeunesse. Faut croire que seuls les enfants peuvent apprécier une histoire qui joue avec les images… Mais moi j’aime bien les images, et j’aime bien les histoires, j’peux pas avoir des jolis dessins dans mes livres aussi ?

Voilà donc Les moutons électriques qui arrivent à la rescousse avec un projet un peu OVNI. Tout au milieu du monde est un petit livre écrit par Julien Bétan et Mathieu Rivero, et illustré par Melchior Ascaride le faiseur d’images qui s’acoquine beaucoup avec l’éditeur ovin, souvent pour le meilleur. On n’a pas devant nous un roman normal avec trois illustrations qui se courent après entre les chapitres, non. Cet ouvrage est une valse constante entre graphisme et texte, les deux se renvoient la balle, se croisent et se chevauchent (en tout bien tout honneur hein…) pour donner à la lecture une dynamique très particulière. Le lecteur d’imaginaire sera donc ravi de trouver une histoire illustrée ailleurs que dans « Kiki la tortue qui voulait voler » ou « Lulu le chien qui avait la diarrhée » (ma moitié a baigné dans le milieu de l’édition jeunesse beaucoup trop longtemps, j’ai gardé des réflexes de moquerie profondément ancrés).

Oui bon, mais ce bouquin il raconte quoi ? Et bien nous suivons la quête d’Amouko, chamane de la tribu des Yeravas sur qui le mauvais sort s’acharne. En compagnie de son élève Ushang et d’une guerrière pour protéger leurs petites fesses, le vieil homme va devoir partir en voyage pour chercher une nouvelle relique sacrée, parce que la dent de géant qui remplit cet office commence à pourrir sérieusement. C’est donc l’histoire d’un périple protohistorique sur des sentiers étranges, dans un monde d’hommes, de créatures et d’esprits, de réel et de visions fantasmées. L’aventure est certes classique mais elle est très bien rythmée, avec du danger, de la magie et des moments de flottement onirique. Je sais pas ce qu’ils foutaient dans leurs calumets mais c’était d’la bonne.

C’est surtout ce va-et-vient entre le texte et l’illustration qui rend l’objet unique, les deux cohabitent, se poussent, se tirent, se tordent, on se promène dans l’histoire et dans les pages, on penche le livre et on louche sur les dessins. Melchior Ascaride illustre ce voyage dans un style fait de silhouettes et de formes en noir, blanc et rouge. Les formes brutes et anguleuses évoquent souvent la pierre, l’os, pour partir ensuite vers des représentations plus symboliques. On a une direction artistique très franche qui rend vraiment bien, c’est assez époustouflant. Elle colle parfaitement à l’ambiance mystique, mythique et spirituelle qui englobe l’œuvre.

Parfois, le texte prend le dessus sur certaines pages bien remplies, et parfois tout se raconte pratiquement en image, y’a des aller-retours qui marchent bien comme ça. Pour pousser le concept à fond, on part même dans une conclusion « silencieuse », c’est l’illustrateur qui prend les commandes pour nous livrer une fin sans texte. C’est un pari osé mais j’ai eu du mal, j’ai du revenir deux trois fois sur toute la fin pour rassembler les pièces du puzzle et me faire une idée. On dirait que les auteurs laissent un peu le lecteur se démerder, on doit interpréter ce qu’on voit mais c’est pas méga-clair, du coup j’ai été un peu largué par le récit.

Ça n’enlève pas grand chose à la beauté du voyage, Tout au milieu du monde reste un livre étonnant que je recommande pour la beauté de son texte, la beauté de son graphisme, et surtout pour la synergie entre les deux.

Lire aussi l’avis de : Boudicca (Le bibliocosme), Xapur (Bibliosff), Vil faquin (La faquinade), Au pays des cave trolls, Estelle Hamelin (Le comptoir de l’écureuil), FungiLumini (Livraisons Littéraires),

Les photos viennent de la page web de l’éditeur : http://www.moutons-electriques.fr/tout-milieu-monde

7 réponses

  1. Je ne suis pas fan des livres illustrés, mais ton retour donne envie de découvrir cet ouvrage !

    Petite question de blogueur, en bas de ton article il y a une section qui propose d’autres articles : « Vous pourriez aussi aimer ça ». Il s’agit d’un plug-in ? J’aime bien l’idée.

  2. Ca a l’air d’être un très joli livre à offrir et à s’offrir.
    Pour les livres illustrés pour adultes je pense qu’on est très frileux en France. Je ne peux pas parler pour toute l’édition anglophone mais sur certains grands titres ça se trouve (bon certes c’est souvent du jeunesse mais pas toujours ^^).

Laisser un commentaire