La conspiration de la couronne, Voleurs de prince

La grande opération de nettoyage de PAL se poursuit, je suis allé pêcher une série qui y traine depuis un moment : Les révélations de Riyria. Alors attention c’est un peu le bordel, c’est une série de 6 romans, qui ont été regroupés deux par deux en 3 « omnibus », puis en une intégrale numérique. Je vais ici chroniquer La conspiration de la couronne, le premier roman, qui est aussi la première moitié des Voleurs d’épées, et le premier sixième de l’intégrale. C’est bon ? J’ai perdu personne ? On y va.

Royce et Hadrian sont Riyria, un célèbre duo de mercenaires à la réputation bien établie. Si vous avez besoin de gens compétents pour un boulot impossible, illégal et dangereux, ils pourraient vous aider, mais il faudra y mettre le prix. Quand un noble les contacte et les paie une fortune pour sortir une épée d’un château, ça ressemble à un job facile, mais nos deux lascars vont tomber dans un piège qui va les faire condamner pour le meurtre du roi. Pour se sortir de ce guêpier, nos voleurs vont devoir détricoter un complot et trouver qui les a embobiné. Et ça va pas être simple.

La conspiration de la couronne est un roman de fantasy à priori extrêmement classique avec son univers médiéval et son duo de héros bad-ass (comment on met « bad-ass » au pluriel d’ailleurs ? « bad-asses » ? Bon, c’est des héros qui bottent des culs). Si vous cherchez un bouquin qui va redéfinir les genres, traverser les frontières et mélanger les étiquettes des libraires, c’est pas le bon candidat. Mais si une petite aventure marrante et bien goupillée vous branche, il se pourrait que Michael J. Sullivan soit pile sur ce créneau. Oui, ces révélations de Riyria commencent vraiment bien, avec une aventure réjouissante et un scénario classique mais plutôt astucieusement mis en place.

Les deux protagonistes sont au premier abord d’énormes archétypes, on a le voleur énigmatico-ténébreux et le guerrier imbattable dont l’aura transpire la coolitude, mais leurs talents se dévoilent au compte-goutte. J’ai même trouvé marrant que Hadrian se batte finalement très peu, parce qu’arrivé à la fin du bouquin on sait toujours pas vraiment si sa réputation est fondée. Les interactions de ce duo trop cool sont très marrantes, ça participe au côté « bouquin fun détente » que j’ai beaucoup apprécié. Ajoutez au mélange quelques personnages secondaires intéressants (Alric est finalement moins tête-à-claques que le début ne le laisse supposer, c’est tant mieux) et un univers qui en garde manifestement sous la pédale, et on a un début de série vraiment prometteur.

On garde à la fin de cette lecture une très bonne impression, aussi grâce à l’intrigue qui, bien que classique, se révèle assez astucieuse dans l’ensemble. L’auteur pose un petit meurtre mystérieux au milieu d’un univers fantasy, donc les aventures de nos héros se mélangent à un petit côté enquête qui va nous lancer sur quelques fausses pistes et manipulations tout à fait satisfaisantes. Du haut de ses quelques 300 pages, La conspiration de la couronne se tient très bien tout seul et amène un peu de légèreté au pays des saga fantasy massives parfois pas très digestes. Pourtant il y a de quoi se mettre sous la dent pour le lecteur avide de world-building puisqu’on nous esquisse quelques éléments de background qu’on a hâte d’explorer dans les prochains tomes. Et y’a un sorcier super-puissant qui sert à rien, mais on se doute qu’il reviendra plus tard.

Ce premier volume des Révélations de Riyria est donc une belle réussite pour moi, de la fantasy archi-classique mais du panache, une lecture légère et divertissante que j’ai pu apprécier tranquillement au coin du feu.

Lire aussi l’avis de : Lianne (De livres en livres), Phooka (Book en stock),

11 réponses

  1. C’est vrai que le début de la série est très sympa. Ce que j’ai particulièrement aimé avec cette série (en plus de la dynamique entre les deux héros) est le fait que l’univers gagne en profondeur au fur et à mesure des tomes pour finir en feu d’artifice 🙂

Répondre à Thomas Baronheid Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.