Demain, mosaïque de solutions locales

 Je parle pas assez cinéma ici, je suis con, c’est vachement plus vendeur que les bouquins et j’aurais bien plus de « pageviouz ». Allez, qu’est-ce qui me ferait bien du clic là ? Un top 10 sur James Bond ou un dossier Star Wars ? Ah mais j’oubliais, on s’en fout… Bon ben on va parler d’un documentaire social et écolo alors !

Il y a un an et demi, Cyril Dion (du mouvement Colibris) et Mélanie Laurent (qui s’ennuie après avoir déglingué du nazi chez Tarantino) se sont pointés sur KissKissBankBank pour financer Demain, un projet de documentaire « qui réinvente le monde de demain à partir des meilleures solutions d’aujourd’hui ! ».  On a déjà beaucoup de docus alarmistes sur « Monsanto c’est des pourris », « les politiques ils sont méchants » ou « La planète elle va mourir » mais Demain prend le point de vue opposé : l’équipe se baladera dans le monde entier pour découvrir les initiatives alternatives ou complémentaires qui fonctionnent déjà, défonçant quelques idées reçues à coup de caméra et montrant plusieurs pistes de réflexion concrètes qui ont fait leurs preuves.

Quelques mois plus tard, le film arrive dans les salles, enfin dans la salle du fond hein, faut pas déconner, les grandes sont occupées. Première surprise : la salle 8 du cinéma (celle du fond, oui) est quasi-pleine, nous qui nous attendions à être seuls au milieu de 100 sièges vides, on est étonnés. Seconde surprise : à la fin les spectateurs applaudissent, c’est toujours rigolo d’applaudir un écran, l’équipe du film a pas du entendre mais ça montre qu’il s’est passé quelque chose. Troisième surprise : les spectateurs n’ont pas fui la salle en 30 secondes comme le veut la coutume. Sous le regard un peu blasé de l’employé censé nettoyer après nous, les gens restent assis et discutent. L’inconnu de devant se tourne vers moi et m’envoie un « Bon, on fait quoi maintenant ? ». Un peu surpris et de caractère hautement asocial, je lui réponds une connerie à deux balles qui le déçoit un peu (on se r’fait pas) mais les discussions continuent à côté, puis en dehors de la salle.

Qu’est-ce qui peut provoquer ça, alors ? Demain fait un peu penser à la démarche de l’excellent documentaire Solutions locales pour un désordre global, il montre des voies de sorties à l’absurdité générale. Mais là où le film de Coline Serreau se concentrait sur notre alimentation, le projet de Cyril Dion et Mélanie Laurent voit plus large, donc moins en profondeur certes, mais il parvient à donner une image générale instantanée de ce que pourrait être notre société dans quelques années si on est pas trop débiles. Pour ça, il va s’articuler autour de 5 grands axes qui constitueront les chapitres du film : L’alimentation, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation, sautant de l’un à l’autre de manière naturelle et logique.

Dans chaque domaine, on ira quelque part dans le monde où un « faire autrement » fonctionne en vrai, on n’est plus dans la théorie mais dans le « ben regarde, ça marche, c’est tout ». Du compostage organisé de San Francisco aux monnaies locales des petites villes anglaises, en passant par une démocratie participative en Inde ou encore une entreprise en France qui optimise complètement son écosystème et son cycle de consommation… On voit du pays et on voit surtout des gens qui pensent leur vie autrement, chacun à son niveau et dans son domaine, et mis bout à bout ça crée une mosaïque des possibles.

D’un point de vue réalisation, le film est… un documentaire quoi : des interviews et des explications entrecoupées de musiques tsoing tsoing avec des gens qui sourient parce qu’ils sont trop heureux de vivre. Au-delà de ça l’image est belle et quelques graphiques rigolos viennent illustrer quelques points. J’ai juste trouvé dommage que des pâtés de texte apparaissent sans crier gare pour donner des stats dans les coins de l’écran, ça coupe un peu le rythme et t’oblige à te concentrer à lire ça alors que t’as envie de voir l’image qui est derrière. La forme de ces ajouts aurait pu être moins grossière, mais je pinaille parce qu’en dehors de ça, c’est bien rythmé, construit de manière cohérente, avec quelques moments rigolos pour donner la patate.

demain

Demain balaye des idées reçues qu’on essaye de nous faire avaler à longueur de temps : On peut se passer des énergies fossiles, on peut relancer et maintenir des économies locales, on peut favoriser la circulation sans voiture dans les villes, on peut nourrir la planète avec du bio et des petites exploitations, etc… Partout où il y a des exemples, on nous le montre, ce côté positif pour un documentaire du genre est très appréciable. Il nous donne aussi quelques exemples de comportement citoyen à notre portée (parce que bon, on n’est pas tous maires, hein…), le compostage, les énergies renouvelables, l’agriculture locale, on peut déjà participer à tout ça… Pour le reste, il suffit de montrer ce genre de solutions à tout le monde et on sait jamais, sur un malentendu ça va arriver aux oreilles de ceux qui ont effectivement ce pouvoir-là.

Si on s’intéresse à la chose, on voit beaucoup de documentaires (dont quelques très très bons) sur l’écologie, la politique, l’industrie, sur des moyens de réinventer tel ou tel aspect de nos vies. Mais Demain joue un rôle de synthèse de tout ça, il condense toutes les idées glanées à droites à gauches, auxquelles on a pu s’intéresser plus ou moins par ailleurs, et en dresse un portrait d’ensemble cohérent et optimiste. Ça fait du bien, quand même.

Laisser un commentaire