The Banner Saga 2, la promenade continue

The Banner Saga était une des quelques bonnes surprises que nous a réservé Kickstarter au milieu de tous ses projets décevants ou carrément scandaleux, un exemple parmi tant d’autres que oui, parfois, le crowdfunding permet a de bons jeux de naitre.

Dès la présentation de son projet, le studio Stoic avait prévenu qu’ils prévoyaient de faire une trilogie, et qu’on pouvait financer le premier épisode, ou bien les trois d’un coup. The Banner Saga 2 est donc la suite directe de ce jeu de tactique au tour par tour. Il faut toutefois être clair, ce deuxième épisode n’est pas une « suite » comme on le conçoit souvent dans le jeu vidéo, à savoir un jeu qui réinvente et/ou enrichit les mécaniques de son prédécesseur et se renouvelle. On a vraiment affaire au même gameplay mais qui continue son histoire, les nouveautés ludiques sont vraiment anecdotiques, on est plus dans l’idée d’un format à la Walking Dead ou Life Is Strange qui nous livrerait son deuxième épisode, c’est la suite de l’histoire donc si vous avez pas fait le premier vous loupez beaucoup, mais le cœur du jeu reste le même.

On retrouve nos caravanes de réfugiés Vikingisants qui fuient devant les terribles Dredges dévastant tout sur leur passage. Les évènements tragiques du premier jeu influeront sur les personnages que vous incarnerez ou pas dans cette suite, dont je ne révèlerai évidemment rien. Si le jeu trouve une sauvegarde qui traine sur votre disque dur, il prendra en compte vos choix, sinon il vous posera la question. On sent la petite touche Bioware et c’est pas étonnant, le studio ayant été fondé par des anciens de là-bas. Vous aurez donc la charge de gérer votre caravane de villageois et guerriers qui voyage vers un abri providentiel, tout en gérant leur moral et leurs provisions. Votre périple sera ponctué par des évènements et dialogues sous forme de textes pour lesquels vos choix auront des conséquences parfois dramatiques.

BannerSagaDialog

Et au milieu de cette promenade, évidemment, nous avons les combats ! Ils gardent cette très bonne idée de double barre de vie Bouclier/Force dont dépendent à la fois votre santé et vos dégâts. Il faudra donc gérer les bourre-pifs de manière stratégique pour calmer les méchants en gardant vos cogneurs en bonne santé pour pas finir à taper comme un vieillard. Le jeu s’amuse également à alterner vos guerriers avec les adversaires quelque soit leur nombre. On préfèrera donc laisser les pas-beaux affaiblis mais vivants pour ne pas laisser un balèze en pleine forme jouer à chaque tour.

Ce second jeu arrive tout de même à apporter plus de variété aux situations de combats que son prédécesseur. Ça passe par des détails mais permet de ne pas s’endormir dans notre petite routine : On ajoute des obstacles destructibles, on varie un peu plus les topographies de combats, on ajoute une race de guerriers avec ses propres spécificités, on donne des objectifs plus précis que « tuez les méchants » comme tuer une cible particulière, déblayer un terrain, etc… Il faut un petit temps pour s’habituer à toutes les subtilités du gameplay mais ça donne des stratégies assez fines, même si cet épisode ne pose jamais de grosses difficultés. D’ailleurs j’avais trouvé la fin du premier épisode assez dure mais en le refaisant je n’ai eu aucun problème, je ne sais pas si il a été rééquilibré ou si c’est mon cerveau qui a été patché entre-temps.

Et bien sûr, la grande qualité de The Banner Saga qui ne manquera pas de vous sauter aux yeux, c’est cette direction artistique qui défonce toujours autant, et se permet d’apporter des environnements plus variés que le premier épisode. Les décors s’inspirent du travail d’Eyvind Earle (auquel les credits rendent hommage) et donnent une atmosphère assez géniale. Le travail d’animation à l’ancienne est sublime. Même si on sent que c’est fait par une petite équipe, tout est simplement magnifique, c’est un générateur de wallpaper continu. La bande originale est toujours réalisée avec talent par Austin Wintory avec le concours des stars youtubesques Malukah et Peter Hollens qui ajoutent quelques parties chantées du plus bel effet. Celle-ci est trouvable pour pas cher sur le bandcamp du bonhomme qui déborde déjà de pas mal de pépites.

BannerSagaCombat

Le côté le plus décevant (toutes proportions gardées) est l’histoire qui souffre du syndrome « second tome de trilogie ». On connait déjà les personnages, on connait déjà les méchants, on se contente de prolonger le mouvement du premier scénario en ajoutant quelques détails, en épaississant les mystères sous des tonnes de non-dits et en laissant trainer quelques trahisons dans les coins. Le pire est que, contrairement au jeu précédent, la fin laissera le joueur un peu au milieu de l’action avec la trame scénaristique qui pendouille mollement, n’apportant pas vraiment de réponse ni de conclusion satisfaisante. J’espère vraiment qu’ils ne mettront pas 3 ans à nous sortir la fin.

Pour autant, le jeu bénéficie toujours d’une écriture vraiment maitrisée, d’un background épique et de personnages très charismatiques, ce qui permet de suivre l’aventure comme on savoure un bon bouquin. On finit par enchainer la petite dizaines d’heures nécessaire pour boucler la campagne en quelques sessions, le principe pervers du « allez encore un petit tour et j’arrête » fonctionne très bien. On a aussi la bonne surprise de diriger un groupe un peu plus borderline au niveau moral, qui permettra de prendre des décisions assez bourrine dans la gestion de la caravane pour satisfaire votre côté maléfique. Il faut noter que le jeu n’a pas de traduction française pour le moment, tous les textes ne sont disponibles qu’en anglais mais ça devrait arriver un peu plus tard. Remarquez, si elle est du même niveau que celle du premier, les anglophones préfèreront la langue originale parce que c’était pas vraiment du grand art.

The Banner Saga 2 est la suite de The Banner Saga 1, et cette déclaration débordant de débilité suffit à résumer l’impression que dégage cette suite. C’est le même jeu mais qui prolonge l’histoire et diversifie les environnements, continue la fuite en avant de nos héros et propose toujours les mêmes qualités graphiques, narratives et ludiques. Si vous avez aimé le 1 vous y reviendrez avec grand plaisir, même s’il n’apporte pas autant de réponses qu’on espérait.

Lire aussi l’avis de : Jorkens (Gamekult), Steven Messner (Rock, Paper, Shotgun),

Laisser un commentaire