Anthem, L’homme et la machine

Oh sainte merde, internet est encore parti en vrille devant un jeu Bioware. On aurait pu croire qu’Andromeda avait mangé du gravier à cause de sa filiation avec la série adorée (et fantasmée) Mass Effect, mais on dirait bien que même sur une nouvelle création comme Anthem, les snipers étaient déjà en position pour choper le studio et son éditeur au moindre faux pas. Et il y en a eu. Promesses, bugs, malentendus et incompréhensions, le lancement de ce jeu est un parfait shitstorm malgré la transparence exemplaire des développeurs, tempête de caca dans laquelle il faut savoir trier le vrai du faux et du « t’as vraiment que ça à foutre ? ».

J’attendais Anthem, en grand amateur des productions Bioware, c’était même le seul jeu que j’attendais vraiment cette année. Imaginez donc, un jeu-service online « à la Destiny » où vous pilotez une armure style Iron-man, dans un univers de Science-Fantasy où l’hymne de la création est une force vive qui détraque le monde petit à petit, où les humains s’abritent dans des villes fortifiées parce que c’est chaud pour leurs gueules dehors. Imaginez donc tout ça chapeauté par un studio passé maitre en world-building à travers ses différentes productions (Mass Effect, Dragon Age, pour les plus récents). Imaginez un Third-Person Shooter à loot où vous pouvez virevolter dans tous les sens avec vos jetpacks et défoncer du monstre avec vos pouvoirs surpuissants, tout ça en coopératif dans une escouade de 4 copains ou inconnus. Imaginez une base où vous pourrez interagir avec des PNJs et découvrir des histoires passionnantes, vous immerger dans cet univers dans la plus pure tradition Bioware. Quoi ? Vous avez du mal à imaginer tout ça dans un même jeu ? C’est pas faux, ça fait un peu Tagliatelles au Nutella avec une sauce au citron. Et c’est peut-être bien l’origine d’un énorme malentendu.

Le jeu a un gameplay clairement jouissif. Se promener aux commandes d’un des 4 « Javelins » aux styles très différents, faire du gros badaboum où tu comprends plus rien à ce qui se passe à l’écran puis partir dans les airs avec une explosion monstrueuse derrière soi, c’est vraiment un plaisir. Le joueur dégommera des méchants par paquets de douze et récoltera du loot pour s’équiper d’objets toujours plus puissants dans une spirale bien connue des amateurs de Destiny ou Diablo. J’ai été agréablement surpris par la variété des possibilités que ça offre, chaque classe de Javelin va avoir des capacités très différentes et on choisira son armure et l’équipement qui va avec selon son style de jeu. Si on aime survoler le champ de bataille tel un super-mage en balançant des éclairs et des boules de feu, on a le Tempête. Si on aime les gros tanks qui encaissent pour les copains, on a le Colosse. Si on aime virevolter partout en tranchant dans le lard à grande vitesse, on a l’intercepteur. Si on aime être le guerrier mobile polyvalent qui mitraille, on a le Ranger. Et chacun peux s’équiper de manière très différente pour faire des looks et des builds spécifiques de chaque classe. Ça marche vraiment bien.

Mais ceci ne constitue que le squelette de ce que sera Anthem. Le jeu s’articule autour de deux grands axes : Des missions jouables à 4 dans un grand espace ouvert, qui seront le cœur du gameplay, et une partie « solo » sous la forme d’une base à laquelle vous retournerez entre chaque mission pour rencontrer des personnages, voir l’histoire se dérouler et équiper vos dernières trouvailles sur votre armure. En joueur amateur de la méthode Bioware, j’ai adoré cette base appelée Fort Tarsis qui est le centre narratif du jeu. Comme le Normandy, Fort-Céleste, ou le Tempête, vous ferez régulièrement le tour d’une armée de personnages pour suivre leurs histoires et voir évoluer ce petit « chez vous ». C’est très bien écrit, on plonge dans cet univers à travers une multitude de petites histoires qui, mises bout à bout, donnent vie à l’ensemble. La modélisation et le jeu des acteurs sont impressionnants (à l’inverse de Mass Effect Andromeda) et apportent vraiment une narration, un univers, que j’ai adoré explorer. Pourtant on se rend vite compte que le scénario principal est très moyen, ils nous ressortent un grand méchant tout pourri qui veux récupérer un machin-chose magique pour devenir le maitre du monde (ou un truc comme ça) et le protagoniste doit le choper avant. En fait c’est le même scénar’ que Dragon Age Inquisition et Mass Effect Andromeda quand on y pense, quelle bande de flemasses, mais comme dans ces deux derniers, c’est tout l’enrobage qui apporte la richesse du truc, c’est les petites histoires qui orbitent autour, les personnages, les détails. C’est immersif, passionnant, dans un univers au design magnifique, malgré un fil rouge tout moisi.

Mais dans son ADN, le jeu contient peut-être la recette d’un gros malentendu, car ces deux grands axes, le côté « RPG biowaresque » et le côté « Looter-shooter coop fun », se marchent dessus sans arrêt. Il y a plusieurs manières d’aborder le jeu qui vont avec différentes attentes. Si vous adorez les RPG classique de Bioware vous allez en retrouver certains traits dans Fort Tarsis, mais ça va être bien léger. Il n’y a pas de compagnons, de romances, juste des PNJ qui racontent du background (de fort belle manière) et une base qui évolue. Si vous venez pour faire du shooter avec vos copains et enchainer les missions, vous allez vous éclater dans le monde, mais c’est ce scénario qui va vous freiner en permanence ! Vous ne pouvez pas enchainer les missions, en terminer une et repartir vous insulter avec vos potes via micro-casque. A chaque fin de mission il vous faudra rentrer au fort, vous séparer, vous attendre, siroter un café avant de ENFIN pouvoir redécoller quand tout le monde est prêt. Beaucoup de joueurs finissent par détester ce fort Tarsis parce que c’est juste devenu le truc qui les empêche de jouer à badaboum. En plus c’est con parce que si vous êtes en escouade et que vous parlez à d’autres joueurs, y’a des chances que vous loupiez pas mal de dialogues car même en mission vous êtes toujours accompagnées de personnages qui vous parlent.

Personnellement j’ai choisi la voie intermédiaire qui, à mon sens, permet de profiter le plus du jeu et de son univers. J’ai joué à Anthem comme un jeu solo sans toutefois attendre un Bioware « classique ». Attention, j’ai pas joué « en solo » en foutant mes expéditions en privé comme un asocial complet, parce que de toutes façons ça rend la progression laborieuse et personne ne peux vous soigner. Mais je me suis contenté de découvrir le jeu tout seul en laissant rouler le matchmaking pour chaque mission. J’ai pris mon temps pour me promener, je me suis immergé et j’ai adoré. Du coup je recommande aux gens de faire pareil au moins jusqu’à avoir bouclé la campagne, si bien sûr c’est votre truc, et d’attendre le endgame pour aller défoncer des monstres avec les potes. Comme ça vous aurez sûrement la meilleure des expériences. Parce qu’une fois que vous avez fini le scénario principal après 15-20 heures de jeu, il devient vraiment un machin à loot, vous allez entrer dans la spirale du grind pour choper vos armes légendaires avec contrats, forteresses et niveaux de difficulté supplémentaires. Je fais pas partie des joueurs qui vont passer 1000 heures à refaire des donjons pour choper une arme spécifique, je fais pas partie des joueurs qui le critiquent sur cette partie (soi-disant) vide ou pinaillent sur tel ou tel loot drop-rate (pour ça il faudra chercher les avis d’un autre profil de joueur), mais je compte bien continuer un long moment juste parce que c’est terriblement fun. Je vais surtout attendre impatiemment les  nouveaux contenus gratuits qui enrichiront cet univers que j’ai adoré découvrir.

Bien sûr, à un moment il va falloir parler des bugs, parce que depuis le 15 février on entend/lit tout et n’importe quoi. Le cercle infernal du « internet tape sur quelque chose parce que c’est cool et ca fait des vues » a encore frappé mais beaucoup font des montagnes sur pas grand chose, ou carrement sur des mensonges. Oui, le jeu contient de nombreux bugs, et il est sorti certainement trop tôt. Non, il ne fait pas exploser des Playstation (mais certains ont des crash qui éteignent la console et nécessitent une analyse du disque en la démarrant en safe mode, bug rare que je n’ai pas eu personnellement et qui serait corrigé dans le prochain patch). Non, Electronic Arts n’est pas dirigé par un démon qui veut aspirer votre âme en même temps que votre compte bancaire. Les reproches que j’ai à faire à Anthem sur sa finition concernent beaucoup de petites choses qui couillent, je n’ai rien eu de rédhibitoire sur PS4, pas de crash, pas de loading infini, un freeze une seule fois, mais certains joueurs sont certainement plus exigeants. Par exemple, sur certaines missions, l’attaque ultime ne voulait pas se lancer, sur d’autres je n’arrivais pas à soigner les alliés, une fois une cinématique ne s’est pas lancée et j’ai du la rattraper sur Youtube. Le jeu a clairement besoin d’un coup de polish et si ça va vous poser un vrai problème, attendez pour y jouer. Ça ne me dérange pas plus que ça, des patchs arrivent et je m’éclate quand même. J’apprécie tout particulièrement la transparence des développeurs qui passent leurs journées à répondre à tout le monde sur Twitter, et les problèmes sont réglés via des patchs très régulièrement.

Le fait est que le jeu cumule un syndrome de « cul entre deux chaises » et une pile de problèmes de finition qui ne plaident pas en sa faveur. J’ai voulu décrire la manière dont j’ai abordé et apprécié le jeu, mais je sais que beaucoup de joueurs vont en attendre autre chose (un looter-shooter pur sans temps mort, un RPG bioware pur, un moule à gaufre…), ou vont être bien plus exigeants sur la finition. Ce jeu est plein de paradoxes et de problèmes mais il peut être génial, ça va dépendre vraiment du joueur que vous êtes parce qu’il a un profil très particulier qu’il faut cerner, qui essaye de faire cohabiter des types de joueurs et des attentes très hétérogènes. Beaucoup de monde adore Anthem pour ce qu’il est, beaucoup de monde déteste Anthem pour de très bonnes raisons par rapport à leur manière d’aborder le jeu, et beaucoup de monde déteste Anthem par principe ou pour le plaisir de taper sur EA parce qu’ils s’ennuient un peu dans la vie. Malgré tout ça, je persiste et signe, j’ai beaucoup aimé Anthem et suivrai les prochaines aventures de mon freelancer avec grand plaisir.

17 réponses

  1. J’hésitais un peu, et c’est ta manière d’aborder le jeu qui me correspond le mieux car je suis surtout dans la veine RPG. Ce qui me chagrine, c’est qu’il faut sans doute du PS + pour pouvoir y jouer, et donc cracher au bassinet mensuellement…

    • Ouais, connexion obligatoire avec abonnement, moi j’ai l’habitude vu que j’ai pas mal joué à Destiny donc pour un jeu-service connecté, ça me perturbe pas.

      Par contre s’ils font ça sur le prochain dragon age, je vais être très pas content (mais surement l’acheter quand meme… XD)

      • Je ne joue quasiment jamais à des jeux connectés. Et le coup de fallout 76 a été dur à accepter. Je paie le jeu, j’aime jouer en solo (surtout pour des raisons de connexion instable) avoir encore plus à payer…. grrrr

  2. « Pfff t pa un vré de lintairnet tu crache pa sure le je. »
    C’est quand même étonnant ce système qui ne semble optimisé ni pour le solo, ni pour le multi, drôle de choix. En tout cas belle analyse. 😉

  3. Ton avis me permet en tout cas que je ne vais peut-être finalement pas craquer sur ce jeu. C’est l’aspect rôleplay qui me plaît le plus dans les jeux Bioware, sans ça, ça me tente beaucoup moins 🙁

  4. Belle approche d’un jeu qui promettait tellement et qui est rempli de mini défaut qui, accumulés les uns au autres, peuvent vraiment perturber les hard players. Je n’y ai jamais joué et ça me tente bien mais je suis joueur solo pour ce genre de jeu et s’il n’est pas optimisé dans ce sens, non merci. De plus, je repense à mon extraordinaire expérience avec Mass Effect Androméda où j’avais déboursé plus de 70€ pour pack exclusif machin tout ça et quand j’ai vu quelle nouille que je venais d’acheter j’ai presque pleuré d’avoir dépensé autant pour…ça. Alors tu seras d’accord avec moi ou non mais Androméda a fait beaucoup de tort (et à juste titre à mon sens, mais il faut nuancer, ce n’était pas la grosse m… de l’année non plus) au studio et ce genre de soucis dans Anthem va les faire couler un peu plus face à la concurrence. Mais en tout cas tu arrives à bien expliquer les choses en restant objectif. Moi je crois que je l’aurai purement dézingué (si je devais chroniquer Andromeda lol).
    Merci pour ce retour d’expérience !

    • C’est pas andromeda qui a fait du mal à Bioware, c’est la connerie des joueurs qui ont déversé leur bile sur un titre qui ne méritait clairement pas tant… Et moi j’ai beaucoup aimé le jeu et je suis dégouté qu’on ait pas eu les DLC sur les arches manquantes à cause de ça.

      Mais on a déjà eu la même à l’époque de Dragon Age 2 (très bon aussi), et le studio est toujours là.

      • Chacun son point de vue sur le jeu, et je peux tout à fait entendre qu’on ai pu aimer. Mais les joueurs qui dépensent des sommes folles pour un jeu sont en droit d’attendre un minimum de qualité, surtout de la part d’un tel studio, et surtout pour un jeu emblématique tel que Mass Effect. Puis les DLC sur les arches on aurait eu quoi, 3 DLC à 20€ pour 3h de jeu max ? J’invente mais c’est comme cela que cela fonctionne aujourd’hui. Puis le projet n’a pas été définitivement enterré que je sache. Pour Dragon Age j’ai pas connu le problème, je ne m’intéressait pas à ce jeu (et j’y touche à peine en ce moment).

        • Andromeda est un jeu de qualité (sans être un chef d’oeuvre absolu), j’ai eu moins de bug sur ce jeu que sur Mass Effect 3 qui m’a pété dans les mains 2 ou 3 fois, qui m’a bloqué des quêtes, et qui avait des bugs de cutscene complètement pétées aussi, et pourtant c’est celui-ci que tout le monde prend comme référence pour pourrir Andromeda (parce que tout est mieux dans nos souvenirs).

          On parle quand même de RPG, où la référence absolue est apparemment Skyrim, le jeu le plus pété du monde, et tout le monde l’admire. Un comble. Mais quand c’est EA, là on fait les difficiles, on est des experts de l’assurance qualité, n’importe quel blogueur ou youtubeur va pondre des heures et des heures de vidéo pour dire « mass effect is dead » sans rien comprendre à la moitié de ce qu’il raconte. Un PNJ raté et on va faire des kilomètres de vidéo pour se moquer, parce qu’on a rien d’autre à foutre dans sa vie (et parce que ça fait des vues).

          De fait, plein de gens ne l’ont pas acheté à cause de tout ça et l’ont pris à petit prix bien plus tard pour réaliser qu’il était pas si naze, on trouve plein de commentaires de ce genre sur le net. Et sauf qu’entre-temps le studio a été fermé, et que tous les plans d’extensions sont passés à la trappe. Tant pis pour ceux qui ont effectivement aimé le jeu.

          Sur Anthem c’est la même chose, sauf que là on a même ajouté des mensonges et des polémiques fabriquées dans la balance. C’est inédit. Merci internet.

  5. J’ai adoré Mass Effect, je continue de m’amuser sur Andromeda malgré quelques bugs qui m’empêchent de finir les dernières missions. Je ne sais pas si Anthem est fait pour moi, dans le sens où quand je ne connais pas les gens avec qui je joue, ça me freine (la peur d’être une nullasse et de me faire jeter).
    Mais ta manière d’en parler et de l’aborder est encourageante.
    Reste à savoir si ma config passerait 🙂

    merci pour ton avis éclairé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.